jeudi, 24 janvier 2013 12:10

Haïku

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Haïku

Le haïku (俳句) est une forme poétique très codifiée d'origine japonaise, à forte composante symbolique, comportant traditionnellement 3 vers formant en tout 17 syllabes (5, 7 puis 5 syllabes). Le haïku inclut généralement un kigo (季語). C'est un mot qui fait référence à l'une des quatre saisons.

Le haïku qui date du XVe siècle, tire son origine du Tanka, la poésie traditionnelle japonaise.

Au Japon du 15e siècle, la forme poétique nommée renga a fleuri.
Le renga est un poème produit collectivement par plusieurs auteurs. Les membres ajoutent alternativement des versets de 17 syllabes (5, 7 et 5 syllabes) et de 14 (7 et 7 syllabes), et achèvent un poème composé de 100 versets.
Le renga était un genre littéraire de haute tenue. On demandait aux membres, selon la tradition, de présenter leurs versets en se basant sur l'esthétique médiévale et en citant des classiques.
Au 16e siècle, au lieu du renga, c'est le haïkaï - poème humoriste - qui est devenu populaire. Le haïkaï (haïkaï-renga) est un poème construit de versets de 17 et de 14 syllabes comme le renga, mais il parodie le renga en introduisant des blagues vulgaires à la mode. Les poètes de haïkaï se sont servis de jeux de mots et ont traité des choses de la vie quotidienne auxquelles le renga ne s'intéressait pas.
Le premier verset (17 syllabes) du renga et du haïkaï est appelé "hokku". Les poètes de haïkaï ont commencé à présenter leurs hokkus comme les poèmes indépendants, ce qui est l'origine du haïku.
On demandait, selon la tradition, d'adopter dans le premier verset du renga et du haïkaï un kigo (mot de saison). Donc, il s'est aussi imposé d'introduire un kigo dans un hokku (et dans un haïku).

(Marina(4/5/2005)

Même alité il vient me voir
Par le store de bambou
Papillon d'automne
(Sôseki)

Basho Matsuo (1644 ~ 1694)

Basho Matsuo est connu comme le premier grand poète de l'histoire du haïkaï (et du haïku).
De son vrai nom Matsuo Munefusa, il est issu d'une famille de samouraï. Il se lie d'amitié avec le fils de son seigneur, le jeune Yoshitada, mais la mort de son ami le conduit à renoncer à une carrière classique de guerrier et à étudier les lettres.
Dans sa jeunesse, il a écrit des poèmes à la mode: hokkus de plaisanterie adoptant beaucoup de jeux de mots. Vers 1680, il a commencé à attacher de l'importance à la philosophie dans le haïkaï (surtout dans le hokku). Il a subi une grande influence de Tchouang-tseu, philosophe chinois du 4e siècle av. J.-C., et il a cité des textes du Livre du maître Tchouang.
Après avoir suivi l'enseignement de plusieurs maîtres (dont Kitamura Kigin), il crée sa propre école poétique. Il pratique le haïku avec un groupe de disciples dans son ermitage de Fukagawa à partir de 1680. Le surnom de cet endroit est l'Ermitage au bananier (Bashô-an) car un bananier était planté dans le jardin, et il lui emprunte son nom de plume.
Le style nouveau qui caractérise son école est le style Shôfu.
Celui-ci peut se définir par quatre mots :
* sabi : c'est la recherche de la simplicité et la conscience de l'altération que le temps inflige aux choses et aux êtres.
* shiori : il s'agit des suggestions qui émanent du poème sans qu'elles ne soient formellement exprimées.
* hosomi : l'amour des choses humbles et la découverte de leur beauté.
* karumi : l'humour qui allège du sérieux et de la gravité.
Bashô est le premier grand maître du haïku et sans aucun doute le plus célèbre au Japon où il reste littéralement vénéré.
Recueils de poèmes
* Haru no hi (1686)
* Arano (1689)
* Hisago (1690)
* Sarumino (1691)
* Sumidawara (1694)
* Zoku sarumina (1698 posth.)
Journaux de voyage
* Nozarashi-kiko (1685)
* Kashima-kiko (1687)
* Sarashina-kiko (1688)
* Oku no hosonichi (1702 posth.)

(Marina 4/5/2005)

Aux admirateurs de lune
les nuages parfois
offrent une pause

De temps en temps les nuages
Nous reposent
De tant regarder la lune

Buvons toute la nuit
Pour faire un pot de fleur
Avec le tonneau

Tous les mouvements
Du coeur
Dans le frisson du saule

Dans ma hutte
Tout ce que j'ai à vous offrir
C'est que les moustiques sont petits

De tous les côtés
Les vents apportent des pétales de cerisier
Au lac des grèbes.

Lu 1015 fois
Plus dans cette catégorie : « Greensleeves Et quelques fleurs au hasard »

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire MJ mercredi, 05 novembre 2014 12:10 Posté par MJ

    En tout cas c'est très joli (beau ) .
    ça ne 'étonne pas du tout que cette forme te plaise .
    Si tu y ajoutes un croquis , je suis preneur :-)
    Merci René de ton passage ici !

  • Lien vers le commentaire René Chabriere mardi, 04 novembre 2014 20:48 Posté par René Chabriere

    Laissons le temps attendre à notre place,
    Et passer les oiseaux
    Suivre leur ombre sur le sol.

    let time wait instead us...
    And pass the birds
    Follow their shadow on the ground .

    ( Bon ,je n'ai pas suivi les règles, mais j'aime cet esprit de "raccourcis" )

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.