jeudi, 30 juillet 2015 21:18

Bleu avec Arthur Rimbaud

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bleu......
O bleu ...... suprême . Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges . ( Arthur Rimbaud )

Pont vers  l'au-delà ...

Bleu

Mon âme est bleue et bleu est souffrance
Silhouette qui s’éloigne dans la fuite élégante d’une courbe sans fin
Abstraction froide dans sa perfection de l’infini qui t’appelle.
Ce ciel n’est pas l’Azur mais brume opaque et dense
piège du matelot , dissimule l’ abime ,avale les oiseaux
Suspendu entre le ciel et l’eau
Espace entre deux mondes où je suis étrangère
Dans mon rêve où je tombe , saute éternellement.
Nous avions pris le même pont
Que des ailes blanches soutiennent comme celle d’un ange
Attirés par les eaux invisibles et profondes
Le corps y tombe sans bruit
Bruits que le bleu étouffe
Comme le bleu fond le contour des choses
Bleu froid
Bleu indifférent
Bleu de l’absence , de l’irréalité

Nicolas de Stael bâteaux

Bateaux  (Nicolas de   Staël)

Hier et demain fondus dans l’intemporel
Sans présent sans devenir
Je te devine plus que je te vois
Dans un dernier regard.... seul ....
Mais... pour qui ton regard ? qui t'attend ? qui t'appelle ?
De quel monde où je ne suis pas est-ce la voie ?

Fixé sur ce bleu dont tu fais ton Azur
Par delà les nuages que hantent des blessures
Tu reprendras ta route vers cette résurrection
Consacrant l’éternelle séparation.

(2011, Dove sei)

Lu 776 fois Dernière modification le jeudi, 30 juillet 2015 21:29
Plus dans cette catégorie : « L'étranger de Baudelaire

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.