vendredi, 16 septembre 2022 19:51

Chants 7. 8. 9 .10

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Gallen-Kallela la construction  du  Sampo Gallen-Kallela la construction du Sampo wikipedia

Le Sampo ,  l’origine du fer  et son  ambivalence

Chant 7

Sauvé  par l’aigle VaInamoinen parvient  à  Pohjola. Il promet  à   Louhi d’envoyer  Ilmarinen   pour  forger  le  Sampo.

Pendant  des  jours  et  des  nuits Väinämöinen erre  sur  la  mer  ballotté  par les flots 

   Le ferme et  vieux  Väinämöinen
Flotta sur  les  ondes  profondes,
Erra  comme  un tronc  de  sapin
Comme une  souche de  long  pin
Au cours de   six  journées d’ été,
Pendant  six  nuits consécutives
Devant  lui  les  ondes  liquides,
Derrière  lui le ciel  serein.
….

Un  oiseau  vint  de  Laponie,
Un  aigle s’envola  du  nord ;
IL n’était vraiment   pas  très grand
Ni petit  parmi  les  petits :
Son aile  effleurait  les  nuages
L’autre aile  balayait  les flots.

L’aigle  en  souvenir de  bonnes  actions  du barde  le sauve,  le porte  jusqu’à  Pohjola  où  il est recueilli  par Louhi patronne de  Pohja. Louhi  le réconforte   et  lui  offre de  rester  dans sa  demeure.  Mais Väinämöinen  n’a qu’un  désir  retourner  dans ses  propres terres.

Louhi  consent  à  le  laisser  partir s’il  sait  forger  le Sampo


Si tu sais  forger  le  Sampo,
Façonner le couvercle  orné
Avec  une  plume de  cygne
Le lait d’une vache brehaigne ,
Un petit  grain  d’un  épi d’orge,
Quelques poils  d’une  peau d’agneau,,
Je te donnerai  mon  enfant
Une  vierge pour récompense,
Je te ramènerai  chez  toi,
Au ramage de tes  oiseaux,
Aux cocoricos de  ton  coq,
Au bout de  tes  propres  pairies.

Väinämöinen  ne sait  pas  forger  le  Sampo mais  il  promet  d’envoyer  son  frère  le  forgeron  Ilmarinen  pour fabriquer  l’objet  convoité.

Louhi  accepte  le marché   à  la condition qu’il ne se détourne de sa quête  sous  aucun  prétexte , sous  peine  de  grands  malheurs.

Chant  8

En rentrant  chez  lui,  Väinämöinen  se  blesse.  Il cherche  un  guérisseur .

Sur son  chemin  il croise la belle vierge de  Pohja

Gloire du monde, honneur  de  l’onde,
Trônait sur  le timon de  l’air,
Resplendissait sur  l’arc  en ciel
Dans  ses  vêtements  éclatants,
Toute  habillée d’étoffes  blanches ;
Elle  tissait  un voile  d’or,
A l’aide  d’un fuseau  d’argent.

Väinämöinen ne  peux  résister à courtiser  la belle. Oubliant sa  promesse  à  Louhi il  entame avec elle  une  joute  oratoire. La  belle lui  lance  mille défis  qu’il surmonte chaque  fois  grâce  à   ses dons de magicien jusqu’à  ce que  Lempa  et  Hiisi  (génies  malveillants )   viennent contrecarrer  ses efforts et  provoquer un accident . Väinämöinen est   gravement   blessé . Il  use  de  formules  magiques  pour  soigner   sa blessure  mais  il   a  oublié  celle   du  fer  laquelle seule  aurait  le pouvoir de le  guérir .

Mais  il  ne put se rappeler
Les  grandes  paroles du  fer,
Celles  qui  fermeraient la  plaie,
Qui boucheraient  solidement
Le trou creusé  par  le  dur  fer,
La blessure  de  l’acier  bleu.
Le sang coulait comme un  torrent
Bouillonnait comme  une  rivière,

Väinämöinen part  en  quête de  celui  qui  connaitrait  les  paroles de  guérison . Il  parvient finalement  dans  une  ferme où se trouve  un vieillard «  Barbe  blanche «  (peut-être  le temps ?ou la mémoire ?)

Chant  9

Origine du fer.  Guérison  de   la blessure

Le vieillard  avoue  ne  pas  connaître  l’origine du  fer et suggère  à   Väinämöinen de  lui  raconter :


Je sais  l’origine  du  fer,
Je sais  d’où  l’acier  est  issu
L’air  fut  la  première de s mères,
L’eau  fut  le  plus âgé des frères,
Le fer  le  plus  jeune des fils,
Le feu  paru entre les deux.
« Ukko le créateur suprême,
Le  maitre de  tout  l’univers,
Sépara  d’abord l’eau de  l’air,
Puis il tira de l’eau  la  terre ;
Le pauvre fer n’était  point  né ,
N’avait  pas encore pu grandir

Et  Väinämöinen  continue  entreprenant  de   décrire  toutes les   étapes de l’alchimie ayant  présidé  à  la  naissance  du  fer depuis  l’origine du  monde. C’est  un chant  étrange et mystérieux où  participent dans le  récit tous  les  éléments et  puissances naturelles qui fusionnent  mais aussi souvent s’affrontent dans  l’ambivalence. On  pense   à des formules  incantatoires , à  un langage  hermétique manifestement imprégné  de   magie . De cette alchimie nait le fer qui produit  aussi  bien  les socs de   charrue, les outils, les parures  , que  les instruments de  guerre  , bénéfique  pour le fermier mais  cause  de souffrances par la participation  des forces  maléfiques lors de sa création.  

… Voila l’origine du  fer
Je connais  les  mœurs de  l’acier !
Infâme fer, méchant  métal,
Acier soumis  aux  maléfices !
C’est donc  ainsi  que tu naquis,
Ainsi  que tu deviens  méchant,
Grandis  de  façon redoutable !

Le  vieillard  à barbe blanche  imaginant  les  flots de sang  en appelle  à  Ukko le créateur et indique  à son  fils comment composer le remède  et  les baumes  qui  soignent  les blessures . La guérison  de   Väinämöinen est assurée et  le chant se termine sur  la conclusion  qui  rend  hommage au créateur  (Recouvrement  chrétien   peut-être ?  )

« Au grand  jamais  peuple futur,
Race   qui grandira  plus tard,
Ne fais  un  bateau  par bravade ;
Une carène  avec  orgueil §
C’est Dieu  qui  fixe  le début
Le créateur qui  met  le terme,
Et  pas  la science  de  l’homme,
Ni l’habileté du  puissant. « 

Chant 10

Ilmarinen  forge  le  Sampo à Pohjola. La fille refuse  de  partir  avec  lui

 

Väinämöinen rentre  enfin  chez  lui . Il se souvient  de  sa  promesse à  Louhi et  demande  à  Ilmarinen de partir  à  Pohjola  pour  forger  le Sampo . Ilmarinen  n’a  aucune envie de  partir  Dans  les sombres  régions  du  nord  

Jamais au cours de cette vie
Tant que luira  la lune d’or,
Je ne veux aller  à  Pohja,
Dans  les  logis de  sariola,
Où l’on dévore  les  héros.
Où  l’on  noie  les  nouveaux  venus.


 Pour honorer  sa  promesse  ,  Väinämöinen trompe  Ilmarinen. et  use d’un  stratagème qui  le  mène  à  Pohjola,  Arrivé là ,  Louhi  le charge de   forger le  Sampo  et   lui  promet  en  échange  sa fille  , la  Belle vierge  de   Pohja . Ilmatrinen  se  met au travail et  le chant  nous  dit  tout sur  l’objet  magique, sa construction  et  ses effets .

Le forgeron  Ilmarinen,
Le grand  marteleur  éternel,
Se  mit  à  battre le  métal
A le frapper avec  prestesse.
Il forgea  le fameux Sampo,
D’un côté  moulin  à farine,
D’un autre moulin  pour  le sel ,
Du dernier moulin  à  monnaie.
 Le Sampo  se  mit  à  moudre ,
Le couvercle  orné  s’agita ;
Il moulut dès le  point du  jour,
Un coffre  pour  être  mangé,
Un autre  pour  être vendu,
Un dernier  pour  être gardé .

Louhi  est satisfaite Elle  cache et enracine le Sampo qui   continuera  à   moudre Jour et  nuit  La  Belle quant  à  elle , refuse de  partir avec  Ilmarinen.  Louhi  reconnaissante  le  laisse  rentrer dans son  pays  .

Lu 215 fois Dernière modification le vendredi, 16 septembre 2022 20:42
Plus dans cette catégorie : « Aïno, chants 3, 4, 5 et 6

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.