mercredi, 30 janvier 2013 00:00

Tristan et Iseut

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Un épisode du cycle arthurien:
Tristan et Iseut

(d'après Pierre Dalle Nogare)

Présentation de l'éditeur:

Profondément ancrée dans l'imaginaire du monde celte, la légende de Tristan et Iseut serait apparue aux environs du VIIIe siècle. Elle exerce toujours son étrange magie, proposant à chacun de nous une quête essentielle : l'amour idéal, ou mieux, l'amour sublime. L'histoire de deux êtres exemplaires que la vie ne peut séparer et que la mort unit pour l'éternité. Après tant d'interprétations méticuleuses ou incertaines, Pierre Dalle Nogare redonne, en langue d'aujourd'hui, leur vérité aux textes. Poète talentueux, il s'est efforcé de préserver la dimension mythique des poèmes originaux. En insistant sur ce qui les rapprocherait de notre temps. C'est dans leur inconscient que naît le destin des personnages, c'est en union avec le cosmos qu'ils l'accomplissent. Dans son introduction, Michel Cazenave, l'un des meilleurs analystes de Tristan et Iseut, donne à la légende un sens longtemps inconcevable. Dieu reconnaît les amants et "atteste à quel point ils sont libres de faute". En soulignant qu'ils vivent "selon la Loi qui est celle du coeur".

[...]La voix qui s'échappe de sa gorge pour prononcer : Iseut est un murmure où les mots s'enchaînent à ceux dont Iseut, à son tour, le pénètre:

- tu es mon asile et je viens en toi pour me déserter; parle afin que toujours en moi tu sois et que plus jamais je ne sois éloignée de nous je te regarde et ne me vois que par ta présence parle pour multiplier le Temps parle pour que la nuit ne cesse et que je ne souffre plus de ce mal de toi.

- je voudrais te voler à toi pour t'emporter Iseut, je t'aime et je vis nos ténèbres dans l'amertume de devoir te quitter j'ai le mal de toute chose loin de nous sur tes chairs je trace notre mémoire en quête d'un pays où nos souffles fécondent la terre et le ciel je suis seul en nous deux et tu invites ma mort tu es l'alliance et le temps où je me cherche.

_ parle encore pour me faire oublier le vide des jours avant toi.

_nous sommes fondés en ce qui nous change et déjà je sais que nous vivons ici et ailleurs depuis toi , je suis une autre façon d'être et te regarder me fais devenir perdu

_ moi aussi Tristan je ne suis plus moi Je t'entends me parler et chaque mot me dévore je suis enfouie dans le manque de toi et vivre est te voir .

[...]

Un style poétique, étrange qui s'adapte bien à mon avis au climat de la légende.
Tristan qui semble toute sa vie sous le poids d'une malédiction.

Tout en recommandant la lecture de ce texte magnifique , je n'ai pas resisté à l'envie de m'en saisir pour retracer le fil de cette légende qu'on réduit assez souvent aux plus grands moments:

Sur l' île Saint Samson, Tristan a terrassé le géant Morholt. Blessé mortellement ,il dérive dans une barque où en proie au délire il revoit son enfance, le meurtre de son père Rivalen tué dans un guet-apens du duc Morgan, puis le visage de son oncle le roi Marc dont il est devenu le fils adoptif.

La barque s'échoue sur les cotes d'Irlande et il est recueilli, soigné et guéri par la reine et sa fille A son réveil il comprend que ses bienfaitrices ne sont autres que les soeur et nièce du géant qu'il a abattu Redoutant d'être découvert et d'avoir à subir leur vengeance, il s'enfuit non sans remarquer la beauté de la princesse Iseut à la blonde chevelure .

De retour en Cornouailles, il est fêté mais sa guérison miraculeuse pour quelques uns est suspecte. De son voyage, à son insu, il a ramené un cheveu d'Iseut et quand Marc le découvre, il charge son neveu d'aller conquérir celle à qui appartient ce cheveu d'or, pour en faire sa femme .

Malgré toutes ses craintes Tristan retourne en Irlande . Un dragon terrorise le royaume et le roi a promis la main d'Iseut à celui qui le terrasserait. Tristan accomplit l'exploit et réclame pour son oncle l'acquittement de la promesse .

Le dépit d'Iseut qui a reconnu Tristan, ne l'empêche pas de le suivre en Cornouailles et un philtre est préparé pour unir dans un amour fou les deux futurs époux . En route le breuvage est donné par Brangien à Tristan et Iseut que la fatalité précipite dans une passion immédiate.

De retour dans le château de Marc, les soupçons pèsent sur les deux amants qui ne peuvent résister ni au charme ni à leur passion. Convaincu de la culpabilité des amants par le le nain Forcin ,Marc les condamnent à être brûlés vifs.

Avec l'aide de son ami Governal, Tristan s'enfuit; la peine d'Iseut est réduite par le roi qui la livre aux lépreux, dont elle sera délivrée par son amant.

Ils fuient dans la forêt où ils vont vivre leur amour pendant les trois années que doit durer l'effet de l'enchantement. Leurs vêtements réduits à des haillons, dans le froid et la pluie, les amants survivent dans une hutte et l'intensité de leur amour ne diminue pas .Mais peu à peu les effets de l'enchantement disparaissent et la passion s'émousse. Tristan se résigne à la séparation. Comptant sur la clémence de Marc, il renvoie Iseut à Tintagel , mais elle est soumise, sous la pression des barons, au jugement de Dieu.

Grâce à un adroit stratagème de Tristan, elle subira avec succès l'ordalie.

Iseut réintroduite au château, Tristan s'éloigne. Sa route le mène à travers l'Europe, en Allemagne et enfin en Bretagne où il rencontre Iseut aux blanches mains. Il l'épouse mais ne peut consommer le mariage . L'image d'Iseut est toujours là et il cherche la mort dans une vie de combats, auprès du frère d'Iseut aux blanches mains, Kaerdin devenu son ami.

Iseut a appris le mariage de Tristan ; la déception l'accable ; Tristan dans son chagrin doute de la fidélité d'Iseut, la séparation les déchire. Ne pouvant plus résister Tristan retourne à Tintagel une nouvelle fois grimé, et Iseut trompée par ses propres doutes ne le reconnaît pas .

Fou de douleur, pour Tristan, c'est à nouveau la fuite, les délires. Un vieil ennemi le surprend ; il est mortellement blessé , de cette même blessure qui le mena mourant sur les rivages d'Irlande.

A l'agonie il réclame Iseut que Kaerdin part chercher. S'il réussit, la voile qui doit les ramener sera blanche, et noire, s'il échoue. Il expire dans le mensonge d'Iseut aux blanches mains qui annonce une voile noire et c'est un corps sans vie qu'Iseut recouvrira de sa blonde chevelure avant de mourir à son tour.

....................

D'où vient cette malédiction qui poursuit Tristan et condamne Iseut ? Comme on le verra dans d'autres légendes nordiques ou germaniques notamment , il semble que la conquête d'une femme pour un autre engendre les pires drames .....!!

...................

dvd eternel retour

Jean Cocteau a adapté le mythe dans un film devenu un classique du cinéma : L'éternel retour

Image  du  film  de  J.Cocteau l'eternel retour

Une autre version de Tristan et Iseut : celle de Catherine Herman-Vieille

Le Rivage des Adieux (1990)

Un récit, à la fois plus simple, plus accessible, plus développé, les deux versions ne se comparent pas . Dans celle-ci Catherine Herman-Vieille exploite nos émotions ordinaires, celles qui nous font vibrer plus simplement mais pas moins fort .

Parce que le roman est construit avec nos schémas actuels, nos images romanesques, nos goûts pour cette mythologie bâtie autour des peuples anciens , des Celtes ici, en particuliers , cette nouvelle version ancre le mythe dans notre époque. Par l'usage des échos d'un lexique qui nous est devenu familier, l"auteur ressuscite ce fantastique auquel on voudrait donner une consistance historique afin de croire à un passé épique et merveilleux nous permettant d'imaginer une possible alternative à notre société tristement rationnelle .

Mes repères pour la  légende  arthurienne:

Tristan et Iseut par Pierre Dalle Nogare

La Légende Arthurienne/Le Graal et la table ronde (collection "Bouquins" aux éditions Robert Laffont)

A la recherche du Roi Arthur par Christofer Snyder

L'Angleterre avant la conquête normande

Merlin, Lancelot, Guenièvre ....

Barjavel: l'enchanteur

Les préraphaélites : Martin, Rossetti,Burne-Jones,

Voir aussi

isolde wagner

Tristan et Isolde l'opéra de Wagner

Lu 1246 fois Dernière modification le mardi, 16 septembre 2014 18:43
Plus dans cette catégorie : « Le poème d'Ougarit Roland (s) »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.