lundi, 31 mars 2014 15:01

Prométhée

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Prométhée a plusieurs frères : Le maladroit Epiméthée (son double et contraire) Atlas,et Ménoétios

A son tour, Prométhée se maria. Le nom de sa femme varie également selon les auteurs: le plus souvent c'est Célaeno , ou encore Climéné. Ses enfants sont Deucalion , Lycos et Chymaérée auxquels on ajoute parfois Hellèn et Thébé.

Prométhée passe pour avoir créé les premiers hommes en les façonnant avec de la terre glaise. Mais cette légende n'apparait pas dans la Théogonie d'Hésiode , où Prométhée est simplement le bienfaiteur de l'humanité et non son créateur. Prométhée est un cousin de Zeus. Il est le fils d'un Titan Japet , comme Zeus est le fils d'un autre Titan Cronos. Les traditions différent sur le nom de sa mère. On la nomme Asia , ou Clymèné également une des océanide (Hésiode ), ou encore Eurymédon .

C'est pour les hommes que Prométhée avait trompé Zeus( 1)une première fois à Méconè. Au cours d'un sacrifice solennel, il avait fait deux parts d'un boeuf : d'un côté il avait mis sous la peau , la chair et les entrailles qu'il avait recouvertes du ventre de l'animal ; de l'autre côté, il avait disposé les os dépouillés de la viande et les avait recouverts de graisse blanche . Puis il avait dit à Zeus de choisir sa part , le reste devant aller aux hommes . Zeus choisit la graisse blanche, et quand il découvrit qu'elle ne cachait que des os , il fut saisit d'une grande rancune contre Prométhée et contre les mortels que cette ruse avait favorisés. Aussi pour les punir décida-t-il de ne plus leur envoyer le feu. Alors Prométhée les secourut une seconde fois : il déroba des semences de feu à la roue du soleil et les apporta sur la terre cachés dans une tige de férue (fenouil). Une autre tradition veut qu'il ait dérobé ce feu à la forge d' Héphaïstos.

Zeus punit les mortels et leur bienfaiteur ; aux premiers il envoya une femme façonnée tout exprès: Pandore.

Quant à Prométhée, il l'enchaina par des liens d'acier sur le Caucase. et envoya un aigle né d'Echidna et de Typhon , pour lui dévorer le foie qui renaissait toujours. Et il jura par le Styx de ne jamais détacher promethée enchaine gustave moreau Prométhée du rocher. Toutefois Héraclès passant par la région du Caucase perça d'une flèche l'aigle de Prométhée, délivrant celui-ci .

Zeus fut heureux de cet exploit qui ajoutait à la gloire de son fils (Héraclès ) , mais pour que son serment ne demeura pas vain, il enjoignit à Prométhée de porter une bague faite dans l'acier de ses chaines et d'un morceau du rocher sur lequel il était attaché : ainsi un lien d'acier, continuait-il à unir le titan et son rocher. C'est à ce moment là que le centaure Chiron ,(2) blessé par une flèche d' Héraclès et souffrant sans répit , désira mourir; Prométhée lui rendit ce service et devint immortel à sa place. Zeus accepta la délivrance et l'immortalité du Titan d'autant plus volontiers que celui-ci lui avait rendu un grand service en lui révélant un très ancien oracle selon lequel l'enfant qu'il aurait de Thétis (Achille) serait plus puissant que lui-même et le détrônerait.

Prométhée possédait des dons de devin . C'est lui qui indiqua à Héraclès , le moyen de se procurer les Pommes d'or en lui enseignant que seul Atlas pourrait les cueillir dans le jardin des Hespérides. Ce don de prophétie lui était commun avec les très anciennes filles de la Terre qui elle-même est la prophétesse par excellence. C'est lui aussi qui enseigna à son fils Deucalion, le moyen de se sauver du grand déluge que méditait Zeus pour anéantir la race humaine et qu'il avait su prévoir.

(Pierre Grimal Dictionnaire de la mythologie .)

1) J.P. Vernant insiste sur les traits particuliers de Prométhée: sa plus grande qualité est la ruse que les grecs ont toujours assimilée à l'intelligence (ex : Ulysse et je dirais même que c'est ce qui valut la tolérance des grecs envers Alcibiade ) D'ailleurs afin d'acquérir la supériorité dans ce domaine , Zeus avala , transformée en goutte d'eau , sa première femme Métis, personnification de la sagesse et de l'intelligence rusée. Metis était alors enceinte d' Athéna et l'on dû fendre la tête de Zeus pour sa naissance.
C'est probablement en vertu de cette prudence que Prométhée ne participa pas au combat des Titans contre Zeus . L'autre trait de caractère sur lequel insiste J.P Vernant est son esprit de rébellion , son indépendance et son audace. S'il n'a pas créé lui-même les hommes, l'histoire ne dit pas pourquoi il prit leur parti avec tous ces risques . Mais Hésiode, rapportant l'épisode du partage du boeuf, précise qu'il eut lieu à l'occasion d'une dispute entre les hommes et les dieux alors que Zeus établissait l'ordre du monde en répartissait les biens et les maux et que déjà bien des maux avaient été écartés des dieux au détriment des hommes .

2) Fils de Titan Prométhée ne possédait pas l'immortalité .

 

Prométhée dans la Théogonie d'Hésiode

(Extrait  du site de  Philippe  Remacle)

.....Japet (35) épousa Clymène, cette jeune Océanide aux pieds charmants ; tous deux montèrent sur la même couche, et Clymène enfanta le magnanime Atlas (36), l'orgueilleux Ménétius, l'adroit et astucieux Prométhée et l'imprudent Epiméthée, qui dès le principe causa tant de mal aux industrieux habitants de la terre, car c'est lui qui le premier accepta pour épouse une vierge formée par l'ordre de Zeus. Zeus à la large vue, furieux contre l'insolent Ménétius, le plongea dans l'Érèbe, après l'avoir frappé de son brillant tonnerre, pour châtier sa méchanceté et son audace sans mesure. Vaincu par la dure nécessité, Atlas, aux bornes de la terre, debout devant les Hespérides à la voix sonore, soutient le vaste ciel de sa tête et de ses mains infatigables. Tel est l'emploi que lui imposa le prudent Zeus. Quant au rusé Prométhée (37), il l'attacha par des noeuds indissolubles autour d'une colonne ; puis il envoya contre lui un aigle aux ailes étendues qui rongeait son foie immortel ; il en renaissait autant durant la nuit que l'oiseau aux larges ailes en avait dévoré pendant le jour. Mais le courageux rejeton d'Alcmène aux pieds charmants, Hercule tua cet aigle, repoussa un si cruel fléau loin du fils de Japet et le délivra de ses tourments : le puissant monarque du haut Olympe, Zeus, y avait consenti, afin que la gloire de l'Hercule thébain se répandît plus que jamais sur la terre fertile. Dans cette idée, il honora son illustre enfant et abjura son ancienne colère contre Prométhée, qui avait lutté de ruse avec le puissant fils de Cronos. En effet, lorsque les dieux et les hommes (38) se disputaient dans Mécone, Prométhée, pour tromper la sagesse de Zeus, exposa à tous les yeux un boeuf énorme qu'il avait divisé à dessein. D'un côté, il renferma dans la peau les chairs, les intestins et les morceaux les plus gras, en les enveloppant du ventre de la victime ; de l'autre, il disposa avec une perfide adresse les os blancs qu'il recouvrit de graisse luisante. Le père des dieux et des hommes lui dit alors : "Fils de Japet, ô le plus illustre de tous les rois (39), ami ! avec quelle inégalité tu as divisé les parts !"
Quand Zeus, doué d'une sagesse impérissable, lui eut adressé ce reproche, l'astucieux Prométhée répondit en souriant au fond de lui-même (car il n'avait pas oublié sa ruse ingénieuse) : "Glorieux Zeus ! ô le plus grand des dieux immortels, choisis entre ces deux portions celle que ton coeur préfère."


A ce discours trompeur, Zeus, doué d'une sagesse impérissable, ne méconnut point l'artifice ; il le devina (40) et dans son esprit forma contre les humains de sinistres projets qui devaient s'accomplir. Bientôt de ses deux mains il écarta la graisse éclatante de blancheur ; il devint furieux, et la colère s'empara de son âme tout entière quand, trompé par un art perfide, il aperçut les os blancs de l'animal. Depuis ce temps, la terre voit les tribus des hommes brûler en l'honneur des dieux les blancs ossements des victimes sur les autels parfumés. Zeus qui rassemble les nuages, s'écria enflammé d'une violente colère ; "Fils de Japet, ô toi que nul n'égale en adresse, ami ! tu n'as pas oublié tes habiles artifices." Ainsi, dans son courroux, parla Zeus, doué d'une sagesse impérissable. Dès ce moment, se rappelant sans cesse la ruse de Prométhée, il n'accorda plus le feu inextinguible aux hommes infortunés qui vivent sur la terre. Mais le noble fils de Japet, habile à le tromper, déroba un étincelant rayon de ce feu et le cacha dans la tige d'une férule. Zeus qui tonne dans les cieux, blessé jusqu'au fond de l'âme, conçut une nouvelle colère lorsqu'il vit parmi les hommes la lueur prolongée de la flamme, et voilà pourquoi il leur suscita soudain une grande infortune. D'après la volonté du fils de Cronos, le boiteux Vulcain, ce dieu illustre, forma avec de la terre une image semblable à une chaste vierge. Minerve aux yeux bleus s'empressa de la parer et de la vêtir d'une blanche tunique. Elle posa sur le sommet de sa tête un voile ingénieusement façonné et admirable à voir ; puis elle orna son front de gracieuses guirlandes tressées de fleurs nouvellement écloses et d'une couronne d'or que le boiteux Vulcain, ce dieu illustre, avait fabriquée de ses propres mains par complaisance pour le puissant Zeus. Sur cette couronne, ô prodige ! Vulcain avait ciselé les nombreux animaux que le continent et la mer nourrissent dans leur sein ; partout brillait une grâce merveilleuse, et ces diverses figures paraissaient vivantes. Quand il eut formé, au lieu d'un utile ouvrage, ce chef-d'oeuvre funeste, il amena dans l'assemblée des dieux et des hommes cette vierge orgueilleuse des ornements que lui avait donnés la déesse aux yeux bleus, fille d'un père puissant. Une égale admiration transporta les dieux et les hommes dès qu'ils aperçurent cette fatale merveille si terrible aux humains ; car de cette vierge est venue la race des femmes au sein fécond, de ces femmes dangereuses, fléau cruel vivant parmi les hommes et s'attachant non pas à la triste pauvreté, mais au luxe éblouissant. Lorsque, dans leurs ruches couronnées de toits, les abeilles nourrissent les frelons, qui ne participent qu'au mal, depuis le lever du jour jusqu'au soleil couchant, ces actives ouvrières composent leurs blanches cellules, tandis que renfermés au fond de leur demeure, les lâches frelons dévorent le fruit d'un travail étranger : ainsi Zeus, ce maître de la foudre accorda aux hommes un fatal présent en leur donnant ces femmes complices de toutes les mauvaises actions.


Voici encore un autre mal qu'il leur envoya au lieu d'un bienfait. Celui qui, fuyant l'hymen et l'importune société des femmes, ne veut pas se marier et parvient jusqu'à la triste vieillesse, reste privé de soins ; et s'il ne vit pas dans l'indigence, à sa mort, des parents éloignés se divisent son héritage (41). Si un homme subit la destinée du mariage, quoiqu'il possède une femme pleine de chasteté et de sagesse, pour lui le mal lutte toujours avec le bien. Mais s'il a épousé une femme vicieuse, tant qu'il respire, il porte dans son coeur un chagrin sans bornes, une douleur incurable. On ne peut donc ni tromper la prudence de Zeus ni échapper à ses arrêts. Le fils de Japet lui-même, l'innocent Prométhée n'évita point sa terrible colère ; mais, vaincu par la nécessité, malgré sa vaste science, il languit enchaîné par un lien cruel....

Magrou promethee

Prométhée enchainé par le sculpteur  Jean-Marie  Joseph  Magrou (1869-1945)

Lu 1577 fois Dernière modification le vendredi, 27 novembre 2015 20:28
Plus dans cette catégorie : Le poème d'Ougarit »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.