Journal de Citadelle

Ici les nouveautés, les coups de cœur etc...

lundi, 27 juin 2022 20:29

Lug/Lugus Dieu gaulois

Dieu  de  la  lumière, du voyage  et  des arts: Anton  Glita "Le  mystère de  ma  passion"
Il  apparait   dans la  mythologie celtique , puis  repris  dans  les  mythologies  irlandaise,  brittonnique et  gauloise .
 Selon l'universitaire Patrice Lajoye, son culte dans la Gaule christianisée sera poursuivi par celui de saint Léonard, représenté tenant des chaînes et qui balise les frontières d'espaces géographique  .voir Le dieu Lug sur Wikipédia  

samedi, 12 février 2022 16:42

Stravinsky : trois mouvements de Petrouchka transcrits pour piano (Nour Ayadi)

 

Note de programme : Petrouchka fut initialement conçu comme une pièce de concert pour piano et orchestre, sorte de divertissement dans l’attente de la symphonie païenne du Sacre. Une œuvre laboratoire dont les dissonances et superpositions bitonales allaient heurter l’auditeur, mais qui devaient pour l’heure être chaleureusement accueillies....

mercredi, 24 novembre 2021 18:52

Dans l'Empire Mongol

Au début du  XIIIème siècle , les hordes d’Ogodeï, le fils de  Gengis  Khan, déferlent sur le  nord-est  de  l’Europe, et  ravagent  tout sur leur  passage, puis  s’en  retournent. L’Occident est glacé  d’effroi ; le pape  Innocent  IV décide  d’envoyer une  ambassade au grand  khan mongol  pour  tenter  de comprendre.

C’est ainsi  que  le franciscain  Jean  de  Plancarpin part  pour  l’Asie  centrale  en  1245, 

De retour  deux  ans  plus  tard, il rédige  le récit de  son  voyage au cœur des steppes, où il assista  à  l’intronisation  du  nouvel  empereur  Güyük.

La relation de  Plancarpin,  agrémentée  des  histoires  fantastiques colportées le long des routes de  la soie est aussi  accompagnée  de la traduction des  lettres du pape  apportées au Grand  Khan et de la réponse  pleine de superbe de  ce  dernier.

Ces textes, récits de  voyage et documents exceptionnels, ouvrent grand  les  portes de  l’Empire  mongol au faite  de sa  puissance.

Textes rassemblés, présentés  et traduits du latin par  Thomas  Tanase.

(Quatrième de couverture :Editions  Anacharsis, collection de  poche 2018)

 Ajouté  à   Chroniques  médiévales 

 

dimanche, 13 juin 2021 18:44

Vikings

Pourquoi nous facinent-ils autant ? Comment  se sont-ils  imposés  à notre  imaginaire  à des  époques  si  différentes . Perçus tout d'abord  en tant que  barbares germains  (pas encore  vikings) par l'antiquité romaine,  puis  en tant que  tels  par  le  moyen-âge christianisé, oubliés pendant des siècles, puis  réapparaisant  auréolés de gloire  par le romantisme  et enfin  incontournables  dans  notre  univers  audiovisuel actuel ? Qui étaient-ils  réellement  ? Essentiellement  scandinaves ? influencés  probablement  par  les autres  peuples  du nord de  l'Europe , Celtes,  Gots ouGoths,  Germains  , Slaves , peuples de l'Asie  centrale ?  Très  tôt (dès l'âge du bronze ) ils  ont été en contact  avec  le monde  de la Méditerranée  par la route de  l'ambre. Guerriers certes  mais  surtout  voyageurs téméraires, explorateurs  audacieux  ,  commerçants infatigables assoiffés de richesses  et  de  connaissances, soutenus  dans  leurs actions  par  une mythologie  héroïque les projetant dans  un destin apocalyptique. Les suivre,  s'interesser à leur histoire,  à  leurs  mythes  et  à leurs   légendes est en soi  une aventure !

Articles  dans  Vikings

Vikings Bjorn Alexander Ludwig 2

lundi, 18 janvier 2021 17:00

La vie de Michel- Ange

"Il  est,  au  Museo Nazionale de  Florence une statue de  marbre, que  Michel-Ange appelait  le  Vainqueur. C'est  un jeune  homme nu, au  beau corps, les cheveux bouclés sur  le  front bas. Debout et  droit, il pose  son  genou sur  le dos  d'un  prisonnier  barbu, qui  ploie, et  tend  sa  tête en avant, comme  un boeuf. Mais  le  vainqueur  ne  le regarde  pas. Au moment  de  frapper  il s'arrête, il détourne sa bouche triste et  ses  yeux indécis. Son bras se  replie vers son  épaule. Il se  rejette en  arière ; il ne  veut  plus de la victoire, elle le dégoûte. Il  a vaincu. Il est vaincu.

Cette image  du  doute  héroïque, cette victoire aux ailes brisées, qui, seule de toutes  les oeuvres de  Michel-Ange, resta  jusqu'à  sa  mort dans son  atelier de   Florence, et  dont   Daniele da  Volterra, confident  de ses  pensées, voulait   orner son catafalque,  c'est  Michel-Ange lui-même, et  le symbole de toute sa  vie...[...] Il  n'y a qu'un héroïsme  au  monde :  c'est de voir  le monde  tel  qu'il  est, et de  l'aimer "  

Romain  Rolland  :  La vie  de  Michel-Ange  (1907)

vendredi, 18 décembre 2020 18:24

Lettre du 13 août 1935 de Stefan Zweig à Romain Rolland

Une  très belle réponse  de  Stefan  Zweig à   Romain  Rolland  qui  s'était  rendu  en  URSS du  23 juin au 20 juillet  1935 et  avait exprimé  son  enthousiasme dans  une  lettre à son  ami  du  5 août 1935. 
C'était à  la veille  des procès  de  Moscou,  3 ans avant l' Anschluss, 3 ans avant les  accords de  Munich ....Dans cette  émouvante  correspondance apparaissent  , exprimées avec  toute  la delicatesse  de   Stefan  Zweig , les  divergences d'opinion auxquelles était confrontée leur  profonde amitié.  Zweig était  loin  de partager  l'enthousiasme à l'égard de  Moscou   de Romain  Rolland ,  lequel  reprochait   à son  ami  un  "optimisme   naïf " sur la politique  hitlérienne  et le poussait  à un  engagement  plus radical.

Lire  la  suite

vendredi, 27 novembre 2020 17:45

Romain Rolland et Shakespeare

...Quand il vint me trouver pour la première fois, j’étais encore enfant. Comment était-il entré dans la vieille bibliothèque de province nivernaise ? Mon grand-père avait acheté l’ouvrage en livraisons, aux temps du romantisme, alors qu’il était étudiant à Paris. La traduction était bien terne ; mais elle avait beau étouffer la voix, c’était comme une bande d’oies sauvages, dont les cris passaient, au-dessus des cheminées et des tuiles hâlées, dans le ciel lointain. Un frisson de vie libre et dangereuse ébranlait, un moment, la quiétude de la maison bourgeoise. Il y avait aussi un volume de gravures qui formaient une galerie des Femmes de Shakespeare. Certaines de ces figures, la musique de leurs beaux noms, pénétraient d’un trouble mystérieux et tendre mon coeur d’enfant. Jamais je n’ai oublié ces syllabes magiques : Viola, Perdita, Miranda, Imogène .

Quatre essais  sur  Shakespeare  

lundi, 19 octobre 2020 16:53

Citations de Romain Rolland

"Même sans espoir,  la lutte est encore  un  espoir"

Romain  Rolland

Page 1 sur 9