mardi, 14 mars 2023 21:32

Tchékhov Anton

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ecrivain,  nouvelliste  dramaturge

1860-1904

Eléments  biographiques
(Sources :  Tchékhov par  Henri   Troyat,  Tchékhov sur Wikipédia,  Tchékhov « la dame au  petit  chien, préface  de  Roger  Grenier )

Anton  Tchékhov  nait  le  17 janvier  1860 Taganrog  dans  l’Oblast  de  Rostov  au sud-ouest  de  la Russie.  Il  meurt de la tuberculose à 44 ans, le  17 juillet  1904 à  Badenweller   en  Allemagne. Il  dût  lutter  toute sa vie  contre  la  maladie qui  l’éloignait  périodiquement  de Moscou où  s’était  réfugiée  sa famille  suite aux difficultés  financières du  père .

Enfance :

« Je n’ai  pas  eu  d’enfance » disait   Tchékhov « Le matin  je me  réveillais en  me demandant si je  serai battu avant  le soir »     

Son  père était  le  fils d’ un serf  qui  avait  racheté  sa  liberté  et celle  de ses enfants en  1841. Il  gérait  une  petite  épicerie à  Taganrog mais consacrait  son  temps  aux  pratiques religieuses (dévotions et  chorales). Tyrannique et brutal,  d’une religiosité  excessive il persécutait sa  femme  et ses enfants.

Après la faillite  du commerce en 1876 , il dût  vendre son maigre bien  et  s’enfuir  à Moscou  avec sa famille .   Anton  Tchékhov resta  seul   à  Taganrog  avec  un de ses frères  pour  y  terminer  sa scolarité . Dans  des conditions  difficiles,   il commença  à  écrire  et  à  vendre sous   pseudonymes, de petits textes  qui   lui  permirent  de   subvenir  à  ses besoins  et   d’aider  ses parents  qui vivaient  dans  la  misère.

Ayant  réussi   ses examens  il les rejoignit  à  Moscou et  s’inscrivit  à  l’Université  pour  se  destiner  à la  médecine. 

Sans  jamais cesser  d’écrire  il obtint son  diplôme et  fut  nommé  en  1884, moment  où  apparaissent  les  premiers signes  de  tuberculose.

Sa situation  financière  s’améliora mais  surtout  grâce  à   la reconnaissance  littéraire  dont  il   commençait  à   bénéficier en  publiant dans des  revues à la mode.  Ses  travaux  de  médecin  ne   lui  rapportaient   guère  , car  il  soignait  le  plus  souvent  gratuitement  parents et   amis. Anton  assurait  pratiquement  le rôle  de  chef  de  famille, pour  une  nombreuses  fratrie  composée de  4  autres  garçons  Alexandre,  Nicolas, Ivan et  Michel  et d’une  fille  Marie dont  Anton  était  particulièrement  proche.

   En  1885   Tchekhov  avait   rencontré  Alexei  Souvorine,  un  éditeur   influent  de  Saint  Pétersbourg  dont  il  devint  l’ami jusqu’à ce qu’un  différend les  éloigne vers 1899 (peut-être  lié  à  leurs positions  opposées  sur l’affaire   Dreyfus. Tchekhov admirait l’engagement de Zola tandis que  Souvorine  était  connu  pour   ses  positions  antisémites).

Sa famille qu’il  chérissait  lui  imposait toutefois des conditions de  vie  difficiles  à  la fois  pour ses travaux   d’écriture  et   pour  résister  à   cette  maladie qui  l’affaiblissait.  Recherchant   repos  et  tranquillité ou climat  plus  propice,  il était  toujours en  quête de nouvelles  demeures  déménageant  souvent  pour se  rapprocher  du calme et de   la  nature  mais toujours il  était  poursuivi  par  parents  et  amis auxquels  ils ne  pouvaient  refuser sa  porte  .  

Eternel nomade (comme  le  désigne  Henri  Troyat)

Son  activité  littéraire en tant que dramaturge  ne lui permettait  pas  non  plus  de  rester loin des scènes  théâtrales  et  notamment  de  celles  de  Saint Pétersbourg  ou de  Moscou. Tiraillé entre  ses  besoins  de tranquillité  et les nécessités  mondaines  il  devait  aussi  assouvir  une  perpétuelle soif  de voyages  et  de  dépaysement , un  besoin  de  côtoyer  des  populations  diverses dans leur propre  environnement, besoin  de  nouveaux  horizons  et   de   nouvelles  expériences . Les  paysages qu’il  découvre lors  d’un  voyage au  Sud  de  la  Russie ,  à la mer  d’Azov  et   sur  le Don,  lui  inspireront   un  de   ses  premiers  roman  publié  sous son  nom : La Steppe .

 En  1888 il  s’installe  à   Kharkov actuellement  en  Ukraine   où  il soigne  les  malades et  visite  la région .

S’intéressant  à  la vie  pénitentiaire , il  entreprend une  expédition  à  Sakhaline malgré son  état de santé qui  continue  de  se  dégrader. Il mettra  6  mois  pour  rejoindre  le  bagne dans  des conditions de  voyage   très éprouvantes.   

 Itinéraire :  extrait  de  Wikipédia

Il part enfin le 21 avril, d’abord en train jusqu’à Iaroslavl, puis prend le bateau à vapeur sur la Volga pour Nijni Novgorod et Kazan, puis sur la Kama jusqu’à Perm, puis des calèches à travers l’Oural, Iekaterinbourg, la Sibérie occidentale, Tioumen, Tomsk, Krasnoïarsk et Irkoutsk jusqu’au lac Baïkal et au fleuve Amour, Blagovechtchensk, Khabarovsk, Nikolaïevsk d’où il prend le bateau pour la côte nord de Sakhaline. Le voyage aller dure presque trois mois et, pendant le trajet à travers l’Oural et le lac Baïkal, il emprunte des routes de montagne (le fameux trakt sibérien) très peu carrossables ou bien par endroits interrompues par les inondations de printemps.

Après  un  séjour  de  trois  mois   pendant  lequel  il   se mêle à la vie  des  prisonniers, des gardiens  et des   colons ,  il  rentre  en  Russie  par   la voie  maritime  …….Pacifique,  Océan  Indien,  Méditerranée ,  mer  noire) en  1 mois et demi. 

L’expérience  provoque  un  tournant dans sa vie ;  Elle  lui  a  révélé la  pauvreté des régions  qu’il  a  traversées, la cruauté du bagne, la corruption, déclenchant un élan de  compassion qui  marquera  les œuvres  de  la  période   de Mélikhovo  (biographie de  Boris  Zaitsev)

 Mélikhovo (1892-1899)

En  1891 ,Tchekhov voyage pour  la  première fois en  Europe en  compagnie  de  Souvorine ( Vienne,  Venise,  Florence, Rome,  Paris)

De retour  en  Russie  il  veut  publier  son  récit  sur  Sakhaline pour  lequel   il se  heurte   à de  nombreuses difficultés pour   rassembler  les statistiques qui  valideront  son  récit .

Il  achète  une  propriété  et s’installe à  Mélikhovo  au  Sud  de  Moscou et  publie  en,  1893 « l’ile  de   Sakhaline »

Quand une  épidémie  de   choléra  menace, mettant en pratique   son élan  humanitaire, il  fonde  des dispensaires   puis des écoles  populaires . Il expédie des  livres  à  Taganrog et  à  Sakhaline.

Durant  cette  période Il  écrit  La  Mouette, Oncle  Vania  et des  nouvelles  (les Moujiks ).

.

En  1897 sa santé  s’est  dégradée  Sur  les conseils  de  son  médecin     il  s’installe  en  Crimée près de  Yalta dans  une demeure  qu’il  appelle« la  Datcha  blanche » à Aoutka

Son  père  meurt  en  1898 , il vend  la  propriété de   Melikhovo

En 1899 à la suite de son  différent  avec  Souvorine  il  change d’éditeur.  Adolf Marx  d’origine  Allemande  acquiert  tous  les droits  sur  son   œuvre  à  l’exception  du  Théâtre.

En 1898 il fait la connaissance  de  l’actrice   Olga  Knipper « son  grand  amour »   qu’il  épouse  en  1901.

 Olga  poursuit sa carrière  à  Moscou  principalement  et  Tchekhov   fait  des  aller-retours entre   Yalta  et   Moscou.

A   Yalta Il  a rencontré  Maxime  Gorki  avec  qui il se   lie  d’amitié  et suit  les troubles   qui  secouent la capitale.

En 1900  il  publie « Les  trois sœurs »  et  « La cerisaie »  sa dernière  œuvre . Il voyage encore  pour tenter de  se soigner  , à  Nice  puis en  Allemagne  ou  il  meurt  en  1904 à  Badenweller.

Relations et  amis  et un brin  de  misogynie ?

 Comme  en témoignent  de nombreuses correspondances  citées   par  Henri Troyat  dans  sa biographie,  Tchekhov fut  toute sa vie tiraillé  entre la foule  des  relations de ses amis  et  admirateurs que  lui attiraient autant sa  célébrité artistique  que sa générosité , sa courtoisie ou  la   solidarité  familiale, et  ses propres aspirations  à  la  solitude et à l’indépendance. Il  entretint de  nombreuses  amitiés   durables  comme  avec   son  ami  intime  le  peintre  Isaac  Lévitan (1860-1900) , avec  son  éditeur  Souverine ou  avec  Maxime  Gorki. Il partagea son  amour  de  la  musique   avec  Tchaikovski  et   se rapprocha de   Zola   au  moment  de   l’affaire  Dreyfus. De  nombreuses actrices  ou écrivaines   lui  firent  une  cour  assidue,  dont la femme  de   lettres Lydia  Avilova, …..Hormis sa  relation  avec  Olga  Knipper qu’il  épousa ,  on  ne  lui connait  toutefois  avec  certitude  , qu’une  seule  liaison celle  avec l’actrice Lydia  Iavorskaïa .(Roger  Grenier dans  sa  préface pour un  recueil de  nouvelles consacrées  aux femmes où abondent   les  citations de Tchekhov illustrant   ses réticences  au  mariage )

Ami  avec  la  famille   Tolstoï,  il eut avec l’auteur de  Guerre  et  paix des relations  plutôt  tumultueuses en raison  de l’opposition de  leurs caractères  et  de leurs  approches philosophiques  notamment  sur  la religion,  l’art et  l’éducation  des couches  populaires suite  à  l’abolition du  servage. Materialiste  et  incroyant , confiant  dans le  progrès et  la science  Tchékhov  fut   un  admirateur  de  l’écrivain   Tolstoï mais  il s’éloigna  du  vieux  sage  et  de ses théories spirituelles tardives. Tolstoï quant  à  lui, conserva  pour  Tchékhov une sorte  d’affection critique jusqu’à  sa  mort  …..

Ses contemporains  et compatriotes  sur   Citadelle: Litterature  russe XIX et XX siècle

Lu 926 fois Dernière modification le mercredi, 15 mars 2023 20:48
Plus dans cette catégorie : L'oeuvre de Tchékhov »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.