vendredi, 15 mars 2019 19:37

Kalevipoeg, le livre

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Kristjan  Raud: Kalevipoeg  à  la porte de  l'enfer   (détail) Kristjan Raud: Kalevipoeg à la porte de l'enfer (détail)
Kalevipoeg
Épopée nationale  estonienne 
par  F.R. Kreutzwald
Traduit  de  l'Estonien, présenté et  annoté  par  Antoine   Chalvin
 

Kalevipoeg est l'épopée nationale des Estoniens. Librement inspirée par le folklore, elle constitue l'équivalent estonien du Kalevala du grand voisin finlandais..

La rédaction de Kalevipoeg débute au milieu du XIXème siècle. L'Estonie fait alors partie de l' Empire russe depuis plus d'un siècle, mais reste dominée par l'aristocratie d'origine allemande, installée dans ces régions baltiques depuis le XIIIème siècle. L'intérêt pour la culture estonienne et le développement d'une langue écrite à partir d'une tradition jusque là largement orale se fait donc à l'instigation de personnalités germano-baltes, désireuses de sensibiliser le peuple estonien à son histoire et à ses richesses culturelles. Le flambeau est vite repris par de jeunes estoniens, tel Kreutzwald, qui voient un intérêt tout à fait politique à ce travail : Créer le sentiment culturel et historique pour l'unité nationale des Estoniens et obtenir leur émancipation face à l'élite germanophone et à la domination russe.

Stimulé par la réussite de la compilation des légendes finnoises, le fameux Kalevala, Kreutzwald construit donc son travail sur des légendes populaires qui traitent de Kalevipoeg, le fils de Kalev, une sorte de géant sympathique, comparable à Gargantua, qui livre un combat contre les forces maléfiques.



Il était important que Kalevipoeg , épopée tragique et monument littéraire ayant joué un rôle considérable dans l'éveil à la conscience nationale e l'Estonie, soit enfin disponible en français .

 
(Edition  Gallimard  , collection  A  l'aube des  peuples  :Quatrième de  couverture  de  l'édition de 2004 )
Lu 106 fois Dernière modification le vendredi, 15 mars 2019 19:52
Plus dans cette catégorie : Kalevipoeg, le poème »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.