lundi, 17 juin 2013 16:56

Le Déluge indien ou Histoire du poisson

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Mahâbhârata

- III / 185 -

Présentation

L'histoire du déluge existe aussi en Inde. Il se dit :"sampraksâlana" d'un verbe KSHAL signifiant "laver, nettoyer, rincer, purifier".Un poisson - le dieu Brahma - avertit Manu (d'une racine signifiant "l'homme" . Cf. les Manouches dont le nom est si évidemment sanscrit) de cette catastrophe parce qu'il a su prendre soin d'un petit poisson menacé d'être dévoré et ensuite ne cessant de grandir (il faut chaque fois lui trouver un récipient adéquat). Manu construit son arche: il est accompagné des sept Richis (êtres mystérieux assurant la transmission des Védas), il y loge les "semences" de toutes les "êtres qui se meuvent et qui ne se meuvent pas ". Le Déluge dure très longtemps. Le poisson devenu gigantesque a une corne où s'amarre l'arche, il la conduit sur le sommet de l'Himalaya, et là se manifeste sous sa réelle forme, celle du dieu Brahma. A Manu d'imaginer les êtres et d'user d'ascèse (tapas: d'une racine signifiant chaleur, c-à-d énergie et pouvoir accumulés) pour les rendre vivants. Le Mahâbhârata en livre ici une version ; une version similaire se trouve aussi dans le ShatapathaBrâhmana (1-8-1)(cf. Mythes et Légendes extraits des Brâhmanas, trad. J. Varenne, Paris, 1967, p. 37-38). Il faut rappeler que l'Inde a une conception cyclique du temps : il y a quatorze "Age de Manu" ou "manvatara", d'une durée chacun de 306 720 000 ans ; les quatorze Ages ou kalpa forment un jour de Brahma ou 4 320 000 000 ans ; nous sommes au septième avec ce Manu Vaivasvata et c'est notre Age. Tous les Ages sont nommés (1 Manu Svayambhu 2 Manu Svarochisa ... 7 Manu Vaivasvata 8 Manu Savarnya ... 14 Manu Visvakesna). La spéculation indienne attirée par l'infini poussera l'expertise jusqu'à nous donner les noms des rois et hommes les plus importants de ces quatorze Ages (à noter que le nom d'un Age n'est pas forcément celui du seul survivant comme c'est ici le cas, mais du Manu le plus marquant de ces 306 720 000 ans.( Cf. Mârkandeya Purâna,Varanasi, 1969, translated by E. Pargiter; Matsya Purâna, Allahabad, 1916, in coll. "Sacred Bools of the Indus" 27)

Le déluge indien ou histoire du poisson : http://www.utqueant.org/carmanu.html

Nous sommes très loin des conceptions sémitique ou de l'Orient Ancien du Déluge , loin également du Déluge grec de Deucalion. S'il garde son sens régénérateur il ne semble pas que l'homme soit tenu ici pour responsable de la dégradation du monde . La conception cyclique du temps penche plutôt à mon sens vers un certain fatalisme ou plus exactement vers un concept totalement étranger à la pensée occidentale. Il est aussi intéressant de noter que le Noé indien tire son privilège d'un acte de compassion , de générosité . Il faudrait lire les autres légendes des quatorze âges pour avoir une idée des caractéristiques qui entourent la purification des humanités successives. Mais les mythologies foisonnantes et complexes de l'inde , exigeraient de consacrer sa vie entière à leur étude ....

Lu 884 fois
Plus dans cette catégorie : « Deucalion Et si l'Atlantide ... »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.