lundi, 17 novembre 2014 00:00

Manon Lescaut

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le  3 ème opéra  de  Puccini  qui  lui  assura  immédiatement  la  célébrité  .

Puccini Dame  Kiri  Te   Kanawa dans le  role  de  Manon

Dame   Kiri Te  Kanawa dans le  role  de  Manon , version  avec  Placido   Domingo  Sous  la direction  de  Simonpoli, au  Covent  Garden  de  Londres  en  1983.

 

Puccini décide de créer  son   opéra   à peine  dix ans  après  celui  de  Massenet  alors que  celui-ci jouit d'un   immense succès depuis sa création  en  1883 .  Puccini  veut  donner  au drame   une  émotion " italienne " selon  son  idée  ,  faite de   passion  extrême  quitte  à  s'éloigner   sensiblement  du  roman  de   l'Abbé  Prévost  . La fureur  de  vivre  de  la  Manon  de  Puccini  est  développée   d'une   façon  beaucoup  plus  intense  et   sa  passion  est dans  la version  du  compositeur  italien bien  plus responsable  de  son  destin et   du  drame   qui emporte   avec  elle   ceux qui  osent  l'aimer  !

On est   assez loin  de la critique  sociale  déjà  audacieuse pour   l'époque   de   l'Abbé  Prévost   et  de la  Manon/victime   de  Massenet  . 

 La  liberté de  Manon  /Puccini ,  c'est  le choix délibéré  de   l'existence   facile   et  dans le  luxe  à n'importe quel  prix comme  son  refus de  la pauvreté  pour  lequel  elle sacrifie  ses sentiments  . L'amour  triomphe pourtant  grâce  à l'autre passion, aussi  violente , celle  de  Des Grieux qui  arrache Manon  à  la débauche. Mais le sort malgré tout  s'acharne, entrainant  les deux amants dans  une  fuite à l'issue fatale .

L'argument   est assez  banal mais Puccini  a su  donner  une  telle  puissance  émotionnelle  à son  opéra et une telle  densité à  ses personnages  en  le   nourrissant   d'une suite  de  rebondissements, qu' il réussit   à  nous submerger  du  début  à  la fin.   Le  jeu  des  tensions  contradictoires  fait  de  la faiblesse  désespérante  et   égoïste  de  Manon   et de  l'impuissance   de  son   Chevalier dévoué corps et   âme, se  traduit   ici  musicalement , surtout  à  partir  de   l'acte   III,  dans  un  crescendo  pathétique   exceptionnel qui  emporte  notre  sensibilité .  

 La version   de loin  ma préférée  est  celle de 1983 au  Covent Garden  de  Londres ,  dont   nous avons  la chance  de  trouver    quelques extraits  sur  Youtube  avec  Dame Kiri te  Kanawa  dans le  role  de  Manon  et  Placido  Domingo  dans  celui  de  Des  Grieux , qui  ajoutent   un   merveilleux talent de  comédiens   à  celui  de   grands chanteurs     (merci  au  contributeur  ! )

Et  puis  j'ai   toujours un  immense  plaisir   à   assister   au  travail   d'Angela  Gheorghiu  pour   cette  dernière  scène:

.

(image de présentation : carte postale sur wikipédia)

Lu 806 fois Dernière modification le dimanche, 10 mai 2015 02:10
Plus dans cette catégorie : « Madame Butterfly Le triptyque »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.