mercredi, 19 novembre 2014 00:00

Turandot

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dernier opéra  de  Puccini. Inachevé,  il fut  repris  à  la  mort  du  compositeur par  Franco  Alfano.

La première  représentation    eut  lieu  à  la Scala de  Milan  en  1926  sous  la direction   d'Arturo  Toscanini..

On  y retrouve  tous les éléments  de la  poétique  de  Puccini : l’héroïsme du  Prince  Calfat  qui  défie  la cruauté de  la princesse,  le  sentimentalisme    de  Liu  ,   le  burlesque   introduit  avec  les ministres  Ping  Pang  Pong  et  bien  sûr  l'exotisme   puisque  toute  l'histoire  se  déroule  au  palais de  l'empereur de  Chine dans  la  Cité  interdite  .

L'histoire :

Le thème  qui s'inspire  des Contes  des mille  et une  nuits, dont on trouve  notamment les traces dans les énigmes  auxquelles  sont  soumis les prétendants  à  la  main  de l’héroïne, avait   déjà  été  repris  par  maints  dramaturges et compositeurs   italiens   ou  de   langue  germanique  depuis  le  début  du  romantisme  . Schiller avait notamment assuré  la  traduction  d'une pièce  de  Gozzi   (dramaturge  italien  rival  de  Goldoni)  et  cette  version  continua de  séduire  les artistes .  Les  nuances   des différentes  versions  affectent   particulièrement  la   personnalité de  la  princesse    avec  des variantes  dans  ses degrés   de    cruauté ou  de  son  "engagement  féministe". 

La Turandot  de  Puccini :

On  assiste  au  défilé  des prétendants à  la main  de   la princesse  qui  doit  prendre  époux  mais qui  pour  venger   ses aïeules   opprimée  à fait  le  vœu  secrètement  de   ne jamais  appartenir  à  aucun homme . Elle  a  obtenu  de  son  père   qu'il  n'accorde sa main et le  trône  qu'à  celui suffisamment  perspicace  et  courageux  qui   parviendrait à résoudre   trois  énigmes  de son cru ,  tout en  courant  le  risque  d'être  décapité  en  cas  d'échec  .

 Le prince  Calaf  arrive   à  la Cité  impériale en compagnie d' un  vieux  guerrier , ami  d' autrefois, soutenu  dans  sa  vieillesse  par  sa servante  Liu  secrêtement amoureuse  du prince  .

Dès  qu'il  aperçoit   Turandot,  Calaf  en  tombe  amoureux et  décide  malgré les supplications  de  ses  amis  de   relever  le  défi   des énigmes  et  de  conquérir   la  princesse..

Le  prince   passe  les  épreuves avec  succès  mais devant  la  détresse  de   Turandot   qui  va devoir  trahir  ses voeux , le  prince, magnanime ,  lui  propose à son  tour  une ultime  épreuve qui  décidera de leur  sort.:  il renoncera  à  l’épouser si  elle   parvient  à  découvrir  son  identité avant le lever  du  soleil .

Pour  obtenir  le  secret   Turandot   use  de  tous les stratagèmes:  délation , corruption  et  cruauté  .  Ayant  appris  que   Liu  pouvait  détenir   la  solution  , elle    la  menace  de   la lui  faire   avouer  ainsi  qu'au  vieux  guerrier,   au besoin  en ayant  recours à  la torture  ;  le  vieillard  en  meurt  et   Liu  se  poignarde pour ne pas trahir le  secret   du  prince  .

Finalement  c'est  Calaf   lui-même  qui  révèle   à   Turandot  son  identité et la  princesse   consent  à  l'épouser dans  une capitulation  inattendue. .

Doit-on   ce  revirement  brutal dans les  sentiments de la  princesse,  au décès de  Puccini ?  Le compositeur  est mort  en même  temps que Liu  et  Puccini  cherchait alors  une  transition  entre  les deux scènes  .  Plus  que  littéraire   la transition  aurait dû   émerger   d'un  effet  musical  traduisant  l'aboutissement de  l'évolution  des sentiments  de  Turandot ? Ce dont   nous a  privé  son   successeur et   la transition  absente, pour   moi,  fait cruellement  défaut  .

Néanmoins ,  musicalement   cet  opéra   nous révèle    bien  des aspects  de  l'art  de  Puccini  , ce magicien  qui  a  su   à  merveille atteindre  et faire  vibrer les cordes les plus sensibles  de  ses  auditeur  .

  La mort  de  Liu  Par Katia Ricciarelli

 

La princesse  : In  questa  reggia

Un   des  airs les plus difficile  du  répertoire  pour cette  catégorie  de  sopranos qui  exige    amplitude,  puissance  vocale  et   aisance   dans  les   notes   extrèmes de  la gamme  supérieure

 Par  Eva  Marton

 

par  Montserrat  Caballe

https://www.youtube.com/watch?v=8EI0qzcXMOA

par  Inge  Borkh

https://www.youtube.com/watch?v=4e6QFn3HcwI

par eva turner un  morceau  d'anthologie   mais   en  effet   la voix  reste  si  pure   dans les notes les  plus hautes  !

https://www.youtube.com/watch?v=e6SfhUzhO9E

Le  célèbre  "Nessum  Dorma"   par   Pavarotti

(j'ignore  de  quel  film  est  tiré cet extrait   mais  c'est  un  hommage   à  notre  grand  ténor )

elément burlesque et/ ou   exotique 
Les  ministres  Ping ,  Pang  Pong

  Quelle qualité !!

Lu 971 fois Dernière modification le dimanche, 10 mai 2015 02:35
Plus dans cette catégorie : « Le triptyque La bohême »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.