lundi, 14 septembre 2015 17:28

La honte

Évaluer cet élément
(0 Votes)

1968
Skammen
avec Liv Ullman (Eva) et Max von Sydow (Jan)



 

                                                       la honte 2  la honte 1

Un  couple mène  sur  île   suéduoise ,  une  existence tranquille et monotone dans  son  repli sur  lui-même  et  son  indifférence   au  monde  extérieur  : la  radio   est  cassée ,  le  téléphone  ne  marche  plus  ...
On  situe   mal  le  lieu  exact   et la  période   de l'histoire   (Il  a  souvent  été  reproché  à   Berrgman  sa  neutralité   par  rapport  à l'actualité)..  mais  on  devine : la  guerre   a commencé   ailleurs  depuis longtemps  déjà et  est  en quelque  sorte  responsable  de  leur   isolement  et   de   cette  inquiétude   qu'on perçoirt  sourdement  dans   les  relations.du couple .

la honte 5

la honte 4

"Parfois   tout  semble   comme  dans  un  rêve . Pas mon rêve  mais  celui  d'un  autre  , mais j'y  participe. Quand  cet  autre  s'éveillera  aura-t-il  honte  ?  "

La guerre  fait  brutalement irruption   dans l'île et   Bergman   en  montre  le  crescendo jusqu'à  l'horreur  qui  détruit  paralléllement  l'extérieur  et  l'intérieur de  l'homme , dans les  tensions   qu'affronte  le  couple  au  fur  et  à  mesure  que  les   évènements   les  frappent  douloureusement .

 la honte 6

                                                                                la honte 7  la honte 8

La lutte pour survivre , les compromissions, les trahisons les mèneront finalemen jusque dans cette barque infernale où l'on doit repousser à la gaffe les cadavres des noyés.

 la honte 12  la honte 13  la honte 11  la honte 9
Le voyage  dont on ne connaitra pas l'issue s'achève. Mais Eva et Jan se sont endormis épuisés.

Au réveil , toujours errrants dans cette barque maudite , Eva raconte à Jan son rêve :
"...  Je parcourais  une  très  jolie  rue. D'un  côté   il y  avait  une maison  blanche avec  des  colonnes .De l'autre  un  parc  ombragé et   sous les  arbres   bordant la  rue   , coulait  une  source  vert  sombre. Puis  j'atteignais  un haut  mur  ,tout  recouvert  de  roses.  Alors un  avion a incendié les  rsoiers. Ce  n'était pas  terrifiant   parce  que  c'était   beau . Je  regardais   se  refletéer  dans l'eau  les  roses  qui  brûlaient.
 Je   tenais  un  bébé  dans les bras. C'était  notre  fille. Elle  s'agrippait  à  moi.   Je  sentais  ses lèvres  sur ma joue.
Et  tout   ce  temps  je  songeais  que je   devais  me  rappeler   quelque  chose  ... Mais j'ai  oublié  quoi  .."
 la honte 14
 
la honte 15
Et  comme  toujours  avec   Bergman ,  des  images  d'une    force   extraordinaires . Pour  ces  réalisateurs  d'exception  , le  choix de  leurs   acteurs  témoigne  d'une  permanence   qui   laisse  supposer   une  forme  de   projection : doubles   , idealisation ,  obsesssion ?
Lu 714 fois Dernière modification le mardi, 15 septembre 2015 00:24
Plus dans cette catégorie : « Le silence

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.