vendredi, 24 octobre 2014 00:00

Richard Wagner

Évaluer cet élément
(0 Votes)

1813-1883
Eléments biographiques   extraits de   l'article  de   Wikipédia

Wagner sur Wikipédia

 Wilhelm Richard Wagner (22 mai 1813, Leipzig - 13 février 1883, Venise) est un compositeur allemand. Wagner doit son importance dans l'histoire de la musique occidentale à ses opéras, en particulier L'Anneau du Nibelung, festival scénique en un prologue et trois journées dont il écrivit lui-même les poèmes et dont la conception bouscula délibérément les habitudes de l'époque pour aller, selon ses propres termes, vers un « art total » : spectacle complet, mélodie continue et emploi du leitmotiv.

« La musique rejoint le vers pour former, depuis Wagner, la poésie. »

— Stéphane Mallarmé, Divagations

Sa vie bohème et fantasque lui fit endosser de multiples habits : révolutionnaire sans le sou, fugitif traqué par la police, homme à femmes, confident intime du roi Louis II de Bavière, critique et analyste musical, intellectuel en proie aux errements idéologiques de son époque qui sera récupéré par les nazis : son comportement et ses œuvres ne laissaient personne indifférent ; aussi doué pour nouer des amitiés dans les cercles artistiques et intellectuels que pour les transformer en inimitiés, sachant créer le scandale comme l'enthousiasme, il a suscité des avis partagés et souvent enflammés de la part de ses contemporains. Ses conceptions artistiques avant-gardistes ont eu une influence déterminante dans l'évolution de la musique dès le milieu de sa vie.

À l'égal d'un Verdi né la même année, mais au style radicalement différent, il est considéré comme l'un des plus grands compositeurs d'opéras du XIXe siècle.

Epoque  de Dresde

Rienzi (1840), compositon Du Vaisseau fantôme et de Tannhaüser
Fréquentations anarchistes

[...]

Le séjour des Wagner à Dresde dut prendre fin en raison de l'engagement de Richard dans les milieux anarchistes. Dans les États allemands indépendants de l'époque, un mouvement nationaliste commençait à faire entendre sa voix, réclamant davantage de libertés ainsi que l'unification de la nation allemande. Wagner, qui mettait beaucoup d'enthousiasme dans son engagement, recevait fréquemment chez lui des anarchistes, tels que le Russe Bakounine

Le mécontentement populaire contre le gouvernement saxon, largement répandu, parvint à ébullition en avril 1849 , quand le roi Frédéric-Auguste II de Saxe décida de dissoudre le Parlement et de rejeter la nouvelle constitution que le peuple lui présentait. En mai, une insurrection — vaguement soutenue par Wagner — éclata. La révolution naissante fut rapidement écrasée par les troupes saxonnes et prussiennes et des mandats d'arrêt furent délivrés contre les révolutionnaires. Wagner fut forcé de fuir, d'abord à Paris, puis à Zurich..

[...]
Exil et influences conjuguées de Schopenhauer et Mathilde Wesendonck

[...]

Au cours des années qui suivirent, Wagner tomba sur deux sources d'inspiration indépendantes qui allaient le mener à son opéra révéré entre tous, Tristan et Isolde

La première fut la découverte de la philosophie d' Arthur Schopenhauer. Wagner prétendra plus tard que cette expérience fut le moment le plus important de sa vie La philosophie de Schopenhauer, axée sur une vision pessimiste de la condition humaine, fut très vite adoptée par Richard Wagner, ses difficultés personnelles n'étant vraisemblablement pas étrangères à cette adhésion. Il restera toute sa vie un fervent partisan de Schopenhauer, même quand sa situation personnelle sera moins critique.

Selon Schopenhauer, la musique joue un rôle central parmi les arts car elle est le seul d'entre eux qui n'ait pas trait au monde matériel. Cette opinion trouva un écho en Wagner qui l'adopta très vite, malgré l'incompatibilité apparente avec ses propres idées selon lesquelles c'est la musique qui est au service du drame. Quoi qu'il en soit, de nombreux aspects de la doctrine de Schopenhauer transparaîtront dans ses livrets ultérieurs : Hans Sachs, le poète cordonnier des Maitres Chanteurs , est une création typiquement schopenhauerienne.

C'est sous l'influence de Schopenhauer (fortement influencé par la philosophie orientale) que Richard Wagner deviendra végétarien et défenseur de la cause animale dont il développera une apologie dans Art et Religion. Il transmettra plus tard, mais temporairement, ce point de vue à Nietzsche.

[...]

La seconde source d'inspiration de Wagner fut le poète et écrivain Mathilde Wesendonck.

[...]

1 864 Rencontre de Cosima fille de Franz Liszt et de Marie d'Agoult , Amitié avec Louis II de Bavière

[...]

Nietzsche décriant tout ce qu'il pressentait de nauséabond non tant chez Wagner "en soi" que chez les admirateurs de Wagner, écrit cependant, non pas tant comme ancien fidèle ni tant comme philosophe ni même comme musicien mais comme créateur : "J'aime Wagner." (Ecce homo, Pourquoi j'écris de si bons livres, Le Cas Wagner, I)

[...]
Style et apports de Wagner

l est important de savoir que Wagner aurait voulu, dans sa jeunesse, être Shakespeare avant d'être Beethoven . Wagner était l'auteur de ses livrets d'opéra, cas fort rare dans l'histoire de la musique de scène. Toutefois, Wagner ne souhaitait pas que sa poésie soit appréciée pour elle-même, mais qu'elle soit toujours considérée en relation avec la musique

Richard Wagner a entièrement transformé la conception de l'opéra à partir de 1850, le concevant non plus comme un divertissement, mais comme une dramaturgie sacrée. Les quatre opéras de l' Anneau du Nibelung illustrent cette réforme wagnérienne à la perfection. Dans la Tétralogie, chaque personnage (l'Anneau y compris) est associé à un thème musical autonome dont les variations indiquent dans quel climat psychologique ce personnage évolue : c'est le fameux « leitmotiv » en allemand : motif conducteur), procédé préexistant que Wagner a poussé aux limites ultimes de la dramaturgie sonore. Ainsi lorsque Wotan évoque l'Anneau, les thèmes musicaux associés se mêlent en une nouvelle variation. On peut y voir une manifestation de « l'art total » au travers d'une musique reflétant à la fois les personnages et leurs sentiments, tout en soutenant le chant et soulignant l'action scénique. Mais l'apport de Richard Wagner à la musique sur le plan technique (harmonie et contrepoint) est tout aussi considérable, sinon plus encore. C'est principalement dans son œuvre la plus déterminante à cet égard, à savoir Tristan et Isolde , que Wagner innove de manière radicale. Conçu dans des circonstances psychologiques très particulières, plus rapidement que les autres opéras, Tristan constitue une singularité, et aussi une charnière tant dans l'œuvre de Wagner que dans l'histoire de l'harmonie et du contrepoint

[...] apports à l'orchestration , influence de Bach, contrepoint , heritiers ou successeurs de Wagner .....

[...]

L'antisémitisme de Wagner et l'appropriation de sa musique par les nazis

(Voir l'article de wikipedia)

 

Liste  des opéras  

Les Fées    1836
La défense d'aimer    
Rienzi   1842
Der Fliegende Holländer Le vaisseau  fantôme
2 janvier 1843
Tannhäuser   19 octobre 1845
 Lohengrin   28 aout 1850
 Tristan  et   Isolde   10 juin  1865
Die Meistersinger von  Nürnberg  Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg 21 juin 1868
     
     
Der Ring des Nubelungen L'Anneau  du  Nibelung  (1849 -1876)
---Das Rheingold ---l'or du  Rhin 22 septembre 1869
---Die Walküre
---La Walkyrie  
---Siegfried ---Siegfried  
---Götterdämmerung  ---Le Crépuscule des  dieux  
     
Parsifal Parsifal  1882
     
   

 

Baudelaire et Wagner  (lettre de  Charles  Baudelaire  à  Wagner  17 fevrier  1860

Lu 876 fois Dernière modification le lundi, 21 septembre 2015 21:33
Plus dans cette catégorie : Tristan et Isolde »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.