vendredi, 25 janvier 2013 17:07

Bachelard et Mallarmé

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La dialectique dynamique de la rêverie mallarméenne

A un philosophe qui se donne pour tâche d'analyser l'imagination littéraire en déterminant les matières poétiques des images et les mouvements de l'inspiration, l'oeuvre de Mallarmé pose des énigmes innombrables. Ce rare poète, en effet, a refusé les séductions premières de la substance cachée dans les mots;

il a résisté à l'entraînement des forces de conviction poétique. Pour lui, la poésie doit être une rupture de toutes nos habitudes, et d'abord de nos habitudes poétiques. Il en résulte un mystère qu'on étudie mal si on le juge du point de vue des idées : on dit alors que Mallarmé est obscur. Un thème mallarméen n'est pas un mystère de l'idée ; c'est un miracle du mouvement. Il faut que le lecteur se prépare dynamiquement pour en recevoir la révélation active, pour y gagner une nouvelle expérience de la plus grande des mobilités vivantes : la mobilité imaginaire.

Le jeu des antithèses chez Victor Hugo explicite un manichéisme moral assez simple. Chez Villiers de L'Isle Adam, la dialectique des contraires, que le poète croit hégélienne, règne sur des idées, sur des formes. Chez Mallarmé, la dialectique règne sur des mouvements; elle s'anime au centre même des mouvements inspirés. Dans une oeuvre mallarméenne, le mouvement poétique, toujours, reflue sur lui-même. Pas d'élan sans retenue, pas de retenue sans aspiration. Une lecture superficielle - une lecture inerte- donne à croire que le poète hésite : au contraire, il vibre. Mais non point de cette vibration désordonnée qui fait écho à toutes les joies de la terre, non point de cette vibration massive que soulèvent l'émotion morale ou la passion. Il veut trouver un rythme à la fois plus profond et plus libre, une vibration ontologique. En l'âme du poète, c'est l'être même qui vient croître et diminuer, s'ouvrir et se fermer, descendre et monter -descendre profondément pour éprouver, doucement, un élan savamment ingénu qui ne doit rien aux forces de la terre.

[....]

(Gaston Bachelard : "Le droit de rêver")

Lu 812 fois
Plus dans cette catégorie : « Le vierge et le vivace par Paul Bénichou

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.