samedi, 08 juin 2013 00:00

Le chant du cygne

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le chant du cygne ou la mort selon Socrate

L'expression "le chant du cygne", qui nous vient de la plus haute Antiquité grecque,

est toujours utilisée pour désigner, par exemple, un discours ou un récital d'adieu. Dans la bouche de Socrate, elle prend une valeur sacrée. Représentons-nous ce sage dans sa prison d'Athènes, où il vient d'apprendre qu'il est condamné à mort pour impiété. Les amis qui l'entourent aimeraient bien l'entendre une dernière fois parler de la connaissance de soi et de l'immortalité de l'âme, mais ils n'osent pas le lui demander, de peur de l'importuner dans ses derniers instants. Voici l'aimable reproche que leur adresse Socrate :

"Selon vous, je ne vaux donc pas les cygnes pour la divination; les cygnes qui, lorsqu'ils sentent qu'il leur faut mourir, au lieu de chanter comme auparavant, chantent à ce moment davantage et avec plus de force, dans leur joie de s'en aller auprès du Dieu dont justement ils sont les serviteurs. Or les hommes, à cause de la crainte qu'ils ont de la mort, calomnient les cygnes, prétendent qu'ils se lamentent sur leur mort et que leur chant suprême a le chagrin pour cause; sans réfléchir que nul oiseau ne chante quand il a faim ou soif ou qu'un autre mal le fait souffrir; pas même le rossignol, ni l'hirondelle, ni la huppe, eux dont le chant, dit-on, est justement une lamentation dont la cause est une douleur. Pour moi cependant, la chose est claire, ce n'est pas la douleur qui fait chanter, ni ces oiseaux, ni les cygnes. Mais ceux-ci, en leur qualité, je pense, d'oiseaux d'Apollon, ont le don de la divination et c'est la prescience des biens qu'ils trouveront chez Hadès qui, ce jour-là, les fait chanter et se réjouir plus qu'ils ne l'ont jamais fait dans le temps qui a précédé. Et moi aussi, je me considère comme partageant la servitude des cygnes et comme consacré au même Dieu; comme ne leur étant pas inférieur non plus pour le don de divination que nous devons à notre Maître; comme n'étant pas enfin plus attristé qu'eux de quitter la vie!"

Le chant du cygne

Selon la tradition, les cygnes chantent avant de mourir. Cette belle légende n'est qu'une invention des poètes et des anciens philosophes. Elle remonte à l'Antiquité. Dans son Phédon, Platon attribue à Socrate l'invention des cygnes chantant « non par chagrin ou détresse mais parce qu'Apollon les inspire ». Shakespeare fait plusieurs fois allusion au « chant du cygne ».
En réalité, les cygnes sont muets. Le cygne chanteur d'Islande produit bien un son vaguement musical mais c'est une exception. Les espèces les plus communes arrivent à émettre un violent sifflement en cas de colère ou de danger. Le reste du temps, l'animal est sans voix. D'ailleurs, le cygne commun n'est-il pas nommé « cygne muet » ?

Lu 778 fois Dernière modification le lundi, 18 août 2014 11:33
Plus dans cette catégorie : Les cygnes de Tolkien »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.