samedi, 06 juillet 2013 00:00

Don Carlos

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans l'interprétation du Théâtre du Châtelet (version française en V actes) sous la direction deAntonio Pappano:

Roberto Alagna: Don Carlos

Thomas Hampson: Rodrigue, Marquis de Posa

Karita Mattila: Elisabeth de Valois

José Van Dam: Philippe II

Waltraud Meier: Princesse Eboli

Verdi l'écrivit pour l'Opéra de Paris en Français ; le livret est tiré du poème dramatique de Schiller et requiert la présence de 5 interprètes du plus haut niveau.

Résumé: d'après le texte de Kenneth Chalmers )

L'action se déroule en France et en Espagne après la résolution du conflit entre ces deux pays par la signature du Traité de Câteau-Cambresis en 1559. La paix doit être couronnée par le mariage de l'infant d'Espagne Carlos et Elisabeth de Valois , la fille d'Henri II de France.

Acte I : La foret de Fontainebleau en hiver

Air de Fontainebleau

Durant une chasse Don Carlos a pu apercevoir sa future épouse Elisabeth"-Je l'ai vue - "La princesse à son tour est emportée par ses sentiments d'amour "- De quels transports - "Des bruits lointains annoncent la signature de la paix ! mais on apprend aux deux fiancés que la princesse à été promise non pas à l'infant mais à Phillipe II son père. Persuadée par le peuple du besoin impératif de paix, Elisabeth accepte le mariage.

Acte II Scène 1 : (A l'intérieur du monastère de Yuste avec la tombe de Charles-Quint.)

Carlos qui reste obsédé par l'amour d'Elisabeth s'est réfugié dans le monastère où son grand-père Charles Quint vint s'établir après son abdication "-Charles Quint auguste empereur -".

Rodrigue, Marquis de Posa vient le voir pour l'encourager à se rallier à la cause des Flandres où les troupes Espagnoles étouffent brutalement les dissidences "-J'étais en Flandre -" Voyant la détresse de Carlo, il lui demande de se confier à lui. Carlos hésite avant de lui révéler son amour pour la reine et Rodrigue, surmontant ses craintes, recommande à Carlos d'aller en Flandres pour y trouver un rôle héroïque. Rodrigue lui promet son amitié inconditionnelle et les deux hommes se font un serment d'amitié et de loyauté éternelles -

- La vue d'Elisabeth en procession avec le roi ravive le désespoir de Don Carlos - Elle est à lui, je l'ai perdue ! -

Scène 2 : (Devant la grille du monastère) :

Les Dames de la Reine s'amusent devant la cour du monastère - Sous ces bois au feuillage immense - et Eboli Chante un air divertisssant -

Au palais des fées -La chanson du voile

.La reine les rejoint et Rodrigue vient lui remettre une lettre , en fait un billet secret de Don Carlos qui sollicite une entrevue . Rodrigue appuie sa demande - L'infant Carlos notre espérance - Eboli est persuadée que cette demande a concerne car elle soupçonne l'amour de Don Carlos à son égard.

Elisabeth finit par accepter de voir Don Carlos seule , contre l'étiquette de la cour.

Réunis, Carlos et Elisabeth luttent contre leur amour , se torturant tour à tour ; finalement l'infant blessé par la froideur feinte d'Elisabeth s'enfuit . - Eh bien frapper donc votre père -

Le roi apparait furieux de trouver la reine seule, il congédie brutalement Eboli qu'il rend responsable de ce manquement à l'étiquette. Les deux femmes se séparent avec déchirement - O ma chère compagne -

 Philippe reste avec Rodrigue qui profite de cette audience privée pour exposer au roi et lui révéler la politique sanglante menée en son nom pour réprimer la propagation de la réforme en Flandre - O Roi, j'arrive de Flandre - Philippe est impressionné par l'honnêteté et l'audace de Rodrigue mais rejette sa plaidoirie et l'avertit de se méfier du Grand Inquisiteur. Philippe ouvre ensuite son coeur à Rodrigue et lui fait part de ses soupçons sur les sentiments de l'Infant et d'Elisabeth et sollicite son soutien.

Rodrigue qui possède désormais la confiance du roi espère que cela lui permettra de faire avancer la cause Flamande.

Acte III Scène 1:( Le jardin de la reine à Valladolid; la nuit)

La veille du couronnement de Philippe II : Elisabeth se retire pour prier et laisse son manteau à Eboli. Celle-ci à fixer un rendez-vous anonyme à Don Carlos qui, reconnaissant le manteau d'Elisabeth déclare son amour - A minuit, au jardin de la Reine - Découvrant Eboli il se rétracte, mais la Princesse s'étonne de son brutal changement . Elle tente de l'avertir du danger politique qui le menace accusant la complicité du Marquis de Posa avec le Roi -Hélas votre jeunesse ignore - et découvre soudain la vérité - vous aimez la Reine ! -

Outragée, son amour se change en haine et elle menace de démasquer l'Infant.

Rodrigue arrive, et entend; il est prêt à supprimer la princesse pour la réduire au silence; Carlos s'y oppose et Eboli s'enfuit menaçante. Rodrigue craignant pour son ami lui propose de conserver ses papiers compromettant. L'infant doute mais finalement consent lorsque Rodrigue lui rappelle leur serment de loyauté.

Scène 2: (La place devant la cathédrale de Valladolid)

Le couronnement de Philippe doit être marqué par le supplice des hérétiques au bûcher. Le peuple attend pour acclamer le Roi -Ce jour heureux - Philippe sort de la cathédrale et répète son serment de défendre la foi - En plaçant sur mon front cette couronne - mais il est confronté à un groupe de représentants flamands amenés par Carlos pour implorer la clémence du Roi. Lorsque Philippe rejette leurs suppliques, Carlos, devant Elisabeth et Rodrigue atterrés, tire son épée. Le roi commande aux gardes de le désarmer, mais seul Rodrigue ose s'avancer. Carlos croyant à une trahison de son ami, amèrement déçu, est emprisonné. On allume les bûchers et la fête reprend au grand dégoût des Flamands.

Acte IV scène 1 : ( Le bureau du Roi à Valladolid; tôt le matin)

Alors que le jour se lève, Philippe est perdu dans ses pensées, tristement conscient du fait qu'Elisabeth ne l'aime pas

- Elle ne m'aime pas  ,elle ne m'a  jamis aimé

Elle ne m'aime pas  ! Non ! Son  coeur  s'est  fermé,
Elle  ne m'a jamais aimé !
Je la revois encore,  regardant en  silence
Mes cheveux blancs, le  jour  où  elle  arriva de  France.
Non, elle  ne  m'aime   pas !
Elle  ne m'aime   pas  !

Où  suis-je ?  Ces flambeaux sont  consumés..l'aurore  argente   ces vitraux,
Voici  le  jour,  hélas,  le  sommeil  salutaire,
Le doux sommeil   a fui   pour  jamais  ma  paupière !
Je dormirai  dans mon  manteau  royal ,
Quand  aura lui  pour  moi  l'heure  dernière,
Je  dormirai  sous les  voûtes de  pierre
Des caveaux  de  l'  Escurial !
Si la royauté  nous donnait le  poubvoir
De lire  au  fond des coeurs  ,  où  dieu  seul peut  tout  voir !

Si le roi  dort, la trahison  se  trame,
On lui  ravit  sa couronne et sa  femme !
Je  dormirai  dans mon  manteau  royal ...

 

- Il a convoqué le grand inquisiteur et lui demande quel serait son jugement s'il sacrifiait son fils à la paix. L'inquisiteur n'est pas troublé par cette sévérité mais demande au Roi en contre-partie de lui remettre l'hérétique Marquis de Posa. -Dans ce beau pays - menaçant le Roi de devoir apparaître lui-même devant l'Inquisition. A regret, Philippe accepte que le pouvoir de l'Eglise soit supérieur à celui de la couronne.

Elisbeth fait irruption; son coffret lui a été dérobé -Justice ! Sire ! - Philippe révèle qu'il est en sa possession et invite la Reine à l'ouvrir. Un portrait de Carlos s'y trouve. Elisabeth réfute les accusations du Roi par une déclaration d'innocence -Lorsque Dieu vous fit mon époux , j'étais promise à Don Carlos - Sceptique, il l'accuse d'adultère et elle s'évanouit. Rodrigue et Eboli apparaissent quand le Roi demande de l'aide, Rodrigue réprimande le Roi - Maudit soit le soupçon infâme- pour son manque de contrôle. Eboli regrette son complot; seule avec la Reine elle lui avoue avoir volé le coffret et avoir provoqué l'accusation lorsque Carlos la rejeta. - Pitié ! Pardon pour la femme coupable - Elisabeth lui pardonne mais quand Eboli lui révèle avoir été la maîtresse du roi, elle lui ordonne de quitter la cour dès le lendemain en choisissant entre l'exil et le couvent. Eboli maudit sa beauté qui est la source de son malheur mais décide d'utiliser son dernier jour à la cour pour sauver Carlos de la prison.

- O don fatal - o ma beauté , je te maudis

Scène 2 : (La prison de Carlos)

Rodrigue rend visite à Don Carlos pour lui annoncer qu'il a obtenu sa libération. Il dit adieu à Carlos, en lui révélant que son heure est venue

- C'est mon jour suprême - Les papiers compromettants retrouvés chez Rodrigue ont détourné sur lui les soupçons de sédition organisée en Flandres, et il sait qu'il est condamné et va bientôt mourir. On entend un coup de feu et Rodrigue est touché. En expirant il confie à Carlos qu'Elisabeth l'attendra demain à Yuste et qu'il est heureux de mourir pour son ami. - Ah! je meurs!-

Le Roi rend son épée à Carlos convaincu de la culpabilité unique du Marquis de Posa mais Carlos refuse le réconfort de son père et révèle son profond attachement à Rodrigue. Philippe est plongé dans le désespoir et le regret - Qui me rendra ce mort ? -

Le peuple s'est soulevé et on entend au dehors la foule qui se prépare à prendre d'assaut la prison pour libérer l'infant. Philippe ordonne qu'on ouvre les portes et lorsque le peuple se précipite à l'intérieur, le Roi le défie de le frapper. L'arrivée de l'Inquisiteur pousse Eboli à faire disparaître Carlos et le vieil homme instille la terreur au peuple qui se soumet .

Acte V : (Le monastère de Yuste)

Elisabeth en attendant Carlos médite sur la tombe de Charles-Quint et sur la futilité de la grandeur temporelle et sur la paix céleste et repense à son bref moment de bonheur avec l'Infant.

Toi qui sus le néant des grandeurs de  ce  monde.
Toi qui  goûte enfin  la paix douce  et  profonde
Si l'on  répand  encore des larmes dans le ciel,
Porte en pleurant  mes  pleurs au   pied de l'éternel.

Carlos va venir ! ... Oui !  Qu'il  parte, qu'il  oublie...

J'ai promis  à Posa de veiller  sur  sa vie,
Qu'il  suive  son  chemin glorieux et béni !
Pour moi  ma tâche  est faite  , et mon jour  est fini !

France, noble  pays, si  cher   à  mon  jeune  âge !
Fontainebleau ! Mon  coeur  est  plein de votre  image...
C'est là  que   dieu  reçu  notre éternel  serment :
ET son  éternité  n'a duré qu'un moment.

Beaux  jardins  espagnols, à  l'heure pâle  et  sombre,
Si Carlos doit encore  s'arrêter sous votre  ombre,
Que  vos fleurs,  vos  gazons,  vos fontaines,  vos  bois,
Chantent mon  souvenir  avec  toutes  leurs voix !

Adieu  rêve  doré...illusiion ... chimère ! ...
Tout lien  est  brisé  qui  m'attache  à  la terre !
Adieu  jeunesse,  amour !...Succombant sous  l'effort,
Mon  coeur  n'a qu'un  seul  voeu  , c'est  la  paix dans  la  mort !

 

- Carlos apparaît et lui déclare qu'il est sur le point de partir pour la Flandre, où il va s'employer à sauver le peuple. Ils se disent adieu non pas comme des amants mais comme une mère et un fils espérant trouver un monde meilleur - Au revoir dans un monde..._ mais ils sont surpris par l'arrivée du Roi et de l'Inquisiteur décidés à les sacrifier tous les deux. Le mystérieux moine intervient et alors qu'il entraîne Carlos dans la tombe, les autres reconnaissent avec stupéfaction qu'il s'agit de leur ancien Roi Charles -Quint.

.......

Amour impossible, Amitié jusqu'à la mort, honneur, loyauté, lutte contre l'oppression et pour la Liberté, on retrouve ici tous les ingrédients chers à Verdi.

Une succession ininterrompue de grands thèmes musicaux aux mélodies sublimes qui restent cependant si accessibles. C'est là que se situe pour moi le génie de Verdi !

 

Lu 1141 fois Dernière modification le mercredi, 01 juin 2016 18:18
Plus dans cette catégorie : « Giuseppe Verdi Macbeth »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.