samedi, 13 février 2016 19:38

Symphonies n°6,7,8,9,10...

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Continuons de passer en revue  les symphonies de  Chostakovitch en profitant des analyses précieuses de Wikipedia et  des enregistrements sur  Youtube que nous devons  à un  internaute  mélomane,Junsoo Kim que nous remercions  à cette occasion.

Symphonie  N°6

Analyse de l'oeuvre sur Wikipedia

Extraits :

-La symphonie n° 6 en si mineur (op. 54) de Dmitri Chostakovitch a été composée et créée à Léningrad en 1939, deux ans après la Cinquième symphonie. Elle est moins longue que cette dernière, mais surtout semble plus déséquilibrée, avec un long premier mouvement suivi de deux autres brefs.

-Elle a été écrite deux ans après sa cinquième symphonie, l'auteur composant entre-temps quelques musiques de film, sa suite pour orchestre de jazz nº 2 et commençant son cycle de quatuors à cordes.

Après le succès de la Cinquième, on annonçait la nouvelle symphonie comme une vaste Lénine-Symphonie, avec solistes et chœurs sur le texte du poème Vladimir Ilitch Lénine de Vladimir Maïakovski. Comme plus tard avec la Neuvième symphonie, l'attente du monumentalisme fut déçue.

-Le Largo initial est comme une sombre et tragique contemplation. Ses longues phrases étirées semblent évoquer un paysage de désolation ou un effrayant vide sidéral, qui lui confère presque un caractère de "musique des sphères". Les deux autres mouvements, bien plus courts, sont à la fois typiques du compositeur et dans l'esprit de Prokofiev.

L'Allegro est plein de joie et d'humour, mais finit par tourner à la caricature.

Le Finale (Presto) reprend cette gaieté apparente qui laisse imaginer, derrière la façade, comme une ronde macabre.

 

 

Symphonie n° 7 "Léningrad"

Analyse de l'oeuvre sur Wikipédia

Extraits:

- La symphonie no 7 en ut majeur, op. 60, fut composée par Dmitri Chostakovitch en décembre 1941, alors qu'il était évacué à Kouïbychev. La création fut assurée pendant la Seconde Guerre mondiale, le 5 mars 1942 au théâtre d'opéra et de ballet de Kouïbychev par l'orchestre du Bolchoï de Moscou sous la direction de Samuel Samossoud. La symphonie est dédiée à la ville de Léningrad.

Fait rare pour une symphonie de Chostakovitch, l'œuvre est rapidement devenue populaire dans le monde soviétique comme à l'Ouest. Ceci s'explique par l'objet même de la symphonie, qui exalte la résistance contre l'envahisseur allemand. Moins universelle après la guerre, la symphonie a plus récemment été analysée comme une œuvre antistalinienne. L'intention de Chostakovitch reste cependant floue, puisqu'elle dépend particulièrement de la date de début de composition de la symphonie, mal connue. C'est une symphonie très harmonieuse et très poétique, à la fois pleine d'espoir et pleine d'émotions.

La symphonie, la plus longue du compositeur, est composée de quatre mouvements.

- Création : 5 mars 1942 par l'Orchestre du Théâtre Bolchoï de Moscou sous la direction de Samouil Samossoud

- Pendant la guerre, l'œuvre demeure très populaire en URSS comme chez les Alliés occidentaux, en tant que symbole de la résistance russe face à l'envahisseur nazi. Elle est jouée 62 fois sur le continent américain pendant la saison 1942-1943 (États-Unis, Canada, Mexique, Argentine, Uruguay, Pérou). Certains critiques semblent toutefois désarçonnés par l'apparente brutalité de la musique. Virgil Thomson écrit ainsi que « cela semble écrit pour des esprits lents, pas très musiciens et peu attentifs.4 »

Après le conflit, la vision de cette symphonie comme une œuvre de propagande soviétique outrancière a dominé à l'Ouest. Ce n'est que récemment que la symphonie Léningrad, comme d'ailleurs le reste de l'œuvre de Chostakovitch, a retrouvé une certaine popularité, et a été décrite comme une condamnation du totalitarisme, qu'il soit nazi ou communiste.

Notons qu'en URSS, la symphonie no 7 fut l'une des rares œuvres de Chostakovitch apparemment appréciées du pouvoir. Le compositeur reçut un Prix Staline pour elle, en 1942.

- Anecdotes

Béla Bartók rendit hommage à la symphonie Léningrad en citant le thème de la marche du quatrième mouvement dans son Concerto pour orchestre. Un clin d'œil interprété de diverses façons, comme une dénonciation du « mauvais goût » de Chostakovitch, comme un commentaire de Bartók sur la popularité excessive à ses yeux de la symphonie, ou encore comme un questionnement sur la place de l'artiste dans une société totalitaire [réf. nécessaire].
L'introduction du premier mouvement et le thème de l'invasion sont repris tous deux dans un épisode de l'anime japonais La mélancolie d'Haruhi Suzumiya.

 

 

Symphonie n°8

Analyse sur Wikipedia

Extraits

- composée et créée en 1943

- Cette symphonie se situe dans la tradition des symphonies en ut mineur « de la tragédie au triomphe » entamée avec la Cinquième de Beethoven et poursuivie avec la Huitième de Bruckner et la Seconde de Mahler. L'ami de Chostakovitch, Isaak Glikman, a qualifié cette symphonie d'« œuvre la plus tragique » du compositeur.

- L' Adagio :

Le premier mouvement est le plus long (près d'une demi-heure). Comme dans la symphonie de Beethoven, il commence par un motif joué fortissimo à l'octave caractérisé par David Haas dans son étude comme le motif de la « destinée3 »

Cependant, le motif est immédiatement remplacé par les deux sujets de caractère lyrique du mouvement de la structure sonate.

 

Symphonie n°9

Analyse sur Wikipedia

Extraits :

- La neuvième symphonie devait être une œuvre gigantesque, étant le couronnement de ses trois symphonies sur la Seconde Guerre mondiale. La Septième décrivait l'invasion de la Russie par les nazis et la Huitième était centrée sur les souffrances occasionnées par la guerre et la bataille de Stalingrad. Chacune de ces deux œuvres faisait plus d'une heure et nécessitait un orchestre important. Au contraire des deux précédentes, la neuvième ne durait pas plus d'une demi-heure et ne nécessitait qu'un petit orchestre classique. La 7e et la 8e avait été soupçonnées d'un esprit contre-révolutionnaire et anti-soviétique. Le public s'attendait donc à un honneur à Staline pour la 9e. La légèreté de la symphonie traduit un sentiment de soulagement, une victoire sur le militarisme, le bonheur des militaires d'enfin pouvoir rentrer chez eux.

- la troisième et dernière de ses symphonies sur la Seconde Guerre mondiale. Elle fut créée en 1945.

- La symphonie fut créée après la fin de la Guerre, le 5 novembre 1945 à Leningrad par Evgeni Mravinski. Elle provoqua la colère de Staline, qui s'attendait à une apothéose et qui avait même demandé que la pièce fut dans le style de la Neuvième Symphonie de Beethoven (d'où le titre de cette symphonie). Cette œuvre faillit coûter la vie à son auteur.

Symphonie n°10

Analyse sur Wikipedia

Extraits :

- La symphonie n° 10 en mi mineur, op. 93 est une symphonie de Dmitri Chostakovitch. C'est, avec sa Cinquième Symphonie, une des plus connues du compositeur. La période de la composition est incertaine ; bien que certains fragments datent de 19461, les lettres de Chostakovitch laissent penser que la Dixième symphonie a été composée entre juillet et octobre 1953, donc peu après la mort de Staline.

 - Cette œuvre a été composée en pleine Guerre froide, période durant laquelle le musicien soviétique était fortement critiqué, avec d'autres, pour ses partitions jugées confuses et discordantes (Andreï Jdanov, premier secrétaire du parti communiste, section de Léningrad). Sa dernière symphonie (la neuvième) date alors de huit ans.

- La première a été donnée le 17 décembre 1953, peu de temps après la mort de Joseph Staline sous la direction de Evgeny Mravinsky et remporte d'emblée un franc succès. Elle ne comporte aucun programme mais Chostakovitch avouera plus tard qu'il pensait à Staline dans l'allegro particulièrement oppressant. On peut sans doute voir dans le final, nettement plus optimiste, la fin du dictateur. C’est également la première œuvre dans laquelle il intègre son acronyme musical DSCH (ré – mi bémol – do – si).

 

 

 

(Image de présentation  : Emulation dans  une usine  d'armement ,A. Sokolov 1942 , réalisme  socialiste.)

 

Lu 762 fois Dernière modification le dimanche, 21 février 2016 12:59

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.