mercredi, 23 janvier 2013 18:22

Tolstoï ses grands romans

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Léon Nikolaïévitch TOLSTOÏ

(1828-1910)

Ses grands romans

Les Cosaques :1863

Roman semi autobiographique .Tolstoï découvre lors de cet épisode de la « pacification » du Caucase ,

la sublimation rousseauiste de la nature et auprès du peuple cosaque , la vérité d'une vie naturelle et simple loin des hypocrisies de l'existence aristocratique qu'il menait à Moscou. C'est le point de départ de sa grande crise morale et religieuse qui devait le soumettre tout le restant de sa vie à son idéal d'altruisme et de justice sociale auquel il se consacra.

Guerre et paix : 1869

Il n'est plus utile de présenter cet immense roman considéré comme le chef d'œuvre de Tolstoï, si souvent adapté au cinéma, à la télévision mais également au théâtre et en pièce lyrique (Prokoviev).

A la fois peinture rigoureuse de la société russe de son époque, analyse politique et réflexion philosophique , il est aussi connu pour ses pages consacrées à la stratégie militaire et son regard sévère sur l'épopée napoléonienne.

(Lire l' analyse de André Durand )

Anna Karénine :1877

Anna Karénine est un grand roman de l'adultère , d'un souffle beaucoup plus large que Madame Bovary , et d'une grande variété de plans. C'est aussi un moment de l'histoire humaine : tandis qu'il écrit ce chef d'oeuvre, Tolstoï, en pleine puissance artistique, glisse au tombeau. le voici aux environs de la cinquantaine. La seconde partie de cette longue existence sera l'agonie d'un créateur, rongé par l'ambition de la sainteté, défiguré par la tentation de l'absolu.

(Louis Pauwels , extrait de sa préface au roman)

On n'est pas obligé de partager en tous points les impressions de Louis Pauwels qui semble déplorer les évolutions morales de Tolstoï. Mais il montre bien à quel tournant de la vie de l'auteur se situe le roman., et quelle charnière il constitue dans l'analyse de l'oeuvre globale.

Résurrection :1899

Dernier grand roman de Tolstoï, où son engagement se fait plus pressant., la critique de la société plus vive en particulier contre la justice et les structures pénitentiaires . Le ton est plus politique davantage centré sur les problèmes sociaux ,mais les personnages qu'il met en scène n'en sont pas moins , pour moi parmi les plus attachants, dans cette course au bonheur perdu et à la rédemption.

Lu 1029 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.