mercredi, 17 décembre 2014 00:00

Les Possédés

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ou plus exactement  les  Démons
Conçu et composé  entre  décembre  1869 et l'automne  1872.

 

Je vous  propose   d'écouter  une émission  de  France   Culture   consacrée  à  ce livre , en  1981 .

Aussi excellente  qu'elle  puisse être, nous n'adhérons pas forcément  totalement   à  cette visoin  de l'oeuvre. Mais  Dostoievski  est si  complexe  que  sur   bien  des points et pour beaucoup, il reste encore une  énigme . Se confond-il  notamment   avec le  narrateur  attaché affectivement  à l'un  des  personnages  principaux  Stepan  Trophimovitch dont il  semble partager   l'idealisme  religieux et   slavophile des dernières heures.? Croit-il en Dieu  ce dont parait   douter la seconde   commentatrice ? Faut-il voir  du lumineux chez  Stavroguine  ?  Peut-on confondre anrchistes et  socialistes ? etc etc  (comme   le répète  Dostoievski ...

Il n'en demeure pas  moins que  cette  émission  est  admirable  , que   la lecture  passionnée et   si juste  de ton emporte notre conviction , et que le choix des textes  lus nous reserve   des heures  de  plaisir  inestimable ,

 Première partie  :

2ème partie :

J'ajoute encore  cettte  video sur la prsentation  de   l'adaptation  au théâtre   par  Albert Camus en  1959 .

 

On peut lire ici  quelques  extraits de la Confession de Stavroguine   chez Tikhone

 

dostoievski les possédés dvdEnfin , citons  l'adaptation  au cinéma  en  1988 par  Andrezej Wajda, que je trouve  excellent   à la condition expresse  de  bien  connaître le  livre .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image  de présentation   :  illustration  d'un livre  du  Moyen Age  sur   Jésus  chassant les démons d'un  homme  possédé :

Le démoniaque Gadarénien
Evangile de Saint Marc (1)

Ils arrivèrent à l'autre bord de la mer, dans le pays des Gadaréniens.

Aussitôt que Jésus fut hors de la barque, il vint au-devant de lui un homme, sortant des sépulcres, et possédé d'un esprit impur.
Cet homme avait sa demeure dans les sépulcres, et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne.
Car souvent il avait eu les fers aux pieds et avait été lié de chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les fers, et personne n'avait la force de le dompter.
Il était sans cesse, nuit et jour, dans les sépulcres et sur les montagnes, criant, et se meurtrissant avec des pierres.
Ayant vu Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui,
et s'écria d'une voix forte : Qu'y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très Haut ? Je t'en conjure au nom de Dieu, ne me tourmente pas.
Car Jésus lui disait : Sors de cet homme, esprit impur !
Et, il lui demanda : Quel est ton nom ? Légion est mon nom, lui répondit-il, car nous sommes plusieurs.
Et il le priait instamment de ne pas les envoyer hors du pays.
Il y avait là, vers la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient.
Et les démons le prièrent, disant : Envoie-nous dans ces pourceaux, afin que nous entrions en eux.
Il le leur permit. Et les esprits impurs sortirent, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita des pentes escarpées dans la mer : il y en avait environ deux mille, et ils se noyèrent dans la mer.
Ceux qui les faisaient paître s'enfuirent, et répandirent la nouvelle dans la ville et dans les campagnes. Les gens allèrent voir ce qui était arrivé.
Ils vinrent auprès de Jésus, et ils virent le démoniaque, celui qui avait eu la légion, assis, vêtu, et dans son bon sens ; et ils furent saisis de frayeur.
Ceux qui avaient vu ce qui s'était passé leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque et aux pourceaux.
Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire.
Comme il montait dans la barque, celui qui avait été démoniaque lui demanda la permission de rester avec lui.
Jésus ne le lui permit pas, mais il lui dit : Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t'a fait, et comment il a eu pitié de toi.
Il s'en alla, et se mit à publier dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui. Et tous furent dans l'étonnement.

((1) La  référence  de  Dostoïievski est lEvangile   de  Saint Luc  relatant   l'évènement  dans une   narration  légèrement  différente   , mais j'ai gardé  le texte  de  Saint Marc   pour  la célèbre  réponse   : " Mon  nom  est légion  car  nous sommes  nombreux  " )

Lu 1227 fois Dernière modification le dimanche, 10 mai 2015 02:28
Plus dans cette catégorie : « Dostoïevski-penseur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.