lundi, 25 février 2013 00:00

Typhon

Évaluer cet élément
(0 Votes)

(1903) Avec quelle puissance Conrad nous projette à bord du Nan Shan dans un terrible Typhon de la mer de Chine ! Les éléments se sont déchaînés et s'acharnent sur le navire et sur les hommes

couverture  du  livre

."dans leur acharnement on sentait de la haine, de la férocité dans leurs coups " Le vent couvre les voix , terrasse la volonté "Car tel est le pouvoir désagrégeant des grands souffles: il isole. Un tremblement de terre, un éboulement , une avalanche s'attaque à l'homme incidemment pour ainsi dire et sans colère. L'ouragan lui, s'en prend à chacun comme à son ennemi personnel, tâche de l'intimider, à le ligoter membre à membre, met en déroute sa vertu." Les montagnes d'eau s'écrasent sur le pont, balayant tout , le matériel et les résistances physiques et morales . Pendant des heures les hommes luttent c'est "l'attente d'une catastrophe interminablement imminente; le corps aussi s'épuise dans ce simple raccrochement à l'existence parmi le tumulte excessif; c'est une lassitude insidieuse qui pénètre dans les poitrines, s'infiltre insidieusement jusqu'au coeur, l'alourdit et le contriste - ce coeur incorrigible de l'homme qui, par delà tous les biens de la terre , par delà la vie même, aspire à la paix" .

Dans ce déchainement titanesque deux hommes qu'une stature si modeste oppose de façon dérisoire à la puissance des éléments Pourtant tous deux vont vaincre et même révéler ce que la force tranquille peut accomplir quand on ne déroge pas au devoir. Point de drame ou de tragédie; le Nan Shan traversera le cyclone et ramènera marins et passagers au port. Le Typhon n'aura pris ni homme, ni honneur . L'exploit sera silencieux , discret comme ce capitaine Mac Whirr petit homme taciturne mais profondément humain soucieux d'écarter de ses hommes la déchéance morale que suggère la furie de la nature; discret aussi comme Jukes le second qui n'aspirant plus qu'à la paix de l'abandon, risque néanmoins sa vie pour exécuter la volonté de son capitaine et préserver l'équipage de la sauvagerie ou le navire risque de sombrer.

Simple la dernière phrase du récit ,celle de Jukes parlant de Mac Whirr:

"Pour un homme si court, je trouve qu'il ne s'en est pas mal tiré "

 

Lu 1134 fois Dernière modification le vendredi, 12 septembre 2014 13:43
Plus dans cette catégorie : « Le paria des îles Lord Jim »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.