jeudi, 24 janvier 2013 00:00

La petite sirène

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La petite Sirène

Extrait du

Premier recueil . Troisième cahier (1837)

Oeuvres de Hans Christian Andersen

Textes traduits, présentés ,annotés par Régis Boyer

Bibliothèque de la Pléiade

Le conte commence ainsi et Andersen, dès ces premières lignes, nous plonge dans l'enchantement :

la petite sirèneDans la mer, bien loin , l'eau est plus bleue que les pétales du plus joli bleuet et aussi limpide que le cristal le plus pur,

mais elle est très profonde, si profonde qu'aucune ancre n'atteint le fond, il faudrait empiler des quantités de clochers pour monter du fond à la surface. C'est là qu'habitent les ondins.

Maintenant n'allez pas croire qu'il n'y a là qu'un fond de sable blanc et nu ; non, les arbres et les plantes les plus extraordinaires y poussent., leur tiges et leurs fleurs sont si souples qu'elles remuent au moindre mouvement de l'eau comme si elles étaient vivantes. Tous les poissons, petits et grands, se faufilent entre les branches, comme ici, les oiseaux dans l'air. A l'endroit le plus profond, il y a le château du roi de la mer, ses murs sont de corail et ses longues fenêtres gothiques , de l'ambre le plus clair, mais le toit est fait de coquillages qui s'ouvrent et se ferment au gré des courants; cela a très grand air car dans chaque coquillage il y a des perles scintillantes : une seule ferait une parure splendide dans la couronne d'une reine.

[....]

A l'extérieur du château, il y avait un grand jardin aux arbres rouge feu et bleu sombre, les fruits étincelaient comme de l'or, et les fleurs comme feu ardent, tout en agitant constamment tiges et pétales. Pour le sol, il était du sable le plus fin mais bleu comme du soufre enflammé . Sur le tout planait une merveilleuse lueur bleue , on se serait cru très haut en l'air à ne voir quel ciel au-dessus et en dessous de soi, plutôt que de se trouver au fond de la mer . Par temps parfaitement calme on pouvait apercevoir le soleil, on aurait dit une fleur pourpre dont le calice dispensait toute cette lumière.

[...]

Voilà , le ton est donné .... La suite tout le monde connaît .... La Petite sirène est tombée amoureuse des hommes du royaume d'en haut et d'un Prince en particulier qu'elle avait sauvé d'un naufrage . Pour le rejoindre elle eut recours à la magie, échangea sa voix contre des jambes qui la porteraient douloureusement sur les chemins terrestres et muettede surcroit, partit conquérir son Prince pour qui elle abandonna famille et eden aquatique .

La magie n'opéra pas et privée de son chant elle ne gagna pas l'amour du Prince qui en épousât une autre . C'était l'enjeu et au premier matin de la nuit des noces, elle aurait dû fondre en écume pour flotter sans vie à la surface de l'eau. Mais elle avait tant souffert par amour qu'elle fut accueillie par les filles de l'air qui au bout d'un certain temps gagnaient une âme et l'éternité en échange des bontés qu'elles répandaient sur la terre .

Comme dans la plupart des contes d'Andersen , le bonheur n'existe pas sur terre et la magie ne saurait rompre durablement l'ordre divin, mais la bonté est toujours reconnue pour la plus grande des vertus et le Paradis est au bout du chemin .

Le conte est simple , la morale un peu décevante et pourtant c'est toujours pour moi un immense plaisir de relire ces histoires qui savent chaque fois toucher ma sensibilité .Un des grands talents d'Andersen consiste dans ces atmosphères qu'il sait créer pour nous : merveilleuse comme la description du royaume aquatique de la Petite Siréne de ces premiers paragraphes qui libèrent une vague d'enchantement, inquiétante comme le domaine de la sorcière réunissant tous les symboles de la malveillance . Tout un lexique magique mêlant l'horrible et le douloureux , l'obscurité et la lumière .

( le 10 juillet 2010)

Copenhague La petitesirene

La petite sirène à Copenhague

Lu 2048 fois Dernière modification le jeudi, 23 avril 2015 21:20
Plus dans cette catégorie : « Les souliers rouges l'ombre »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.