dimanche, 09 juin 2013 21:08

Ophélie

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ophélie: Hamlet de William Shakespeare

Acte IV, Scène VII (extrait)

Le roi. - ......Qu'est-ce donc ma douce reine?

La reine. - Un malheur marche sur les talons d'un autre, tant ils se suivent de près. Votre soeur est noyée Laërte.

Laërte. - Noyée ? Où donc ?

La reine. - Il y a au bord d'un ruisseau un saule qui mire ses feuilles argentées dans l'onde transparente. C'est là qu'elle s'en vint portant de folles guirlandes, de renoncules, d'orties, de pâquerettes et de ces longues fleurs pourpres que nos bergers rustauds appellent pattes- de- loup. Là tandis qu'elle grimpait pour suspendre aux rameaux inclinés sa couronne de fleurs, une branche envieuse s'est cassée, et ses trophées champêtres, comme elle-même, tombèrent dans le ruisseau en pleurs. Ses vêtements se sont étalés, et un moment ils la soutinrent telle une sirène, cependant qu'elle chantait des bribes de vieux airs, comme insensible à sa détresse ou comme une créature née et faite pour cet élément. Mais cela ne put durer longtemps. Ses vêtements enfin, lourds de ce qu'ils avaient bu, entraînèrent la pauvrette de son doux chant à une mort fangeuse.

Laërte. - Hélas ! Elle est donc noyée?

La reine. - Noyée, noyée.

Laërte. - Tu n'as que trop d'eau , pauvre Ophélie, et je retiens mes larmes. Et pourtant nous sommes ainsi faits, la nature suit son cours quoi qu'en dise la pudeur. Quand ces pleurs auront coulé, ce qui est femme en moi sera satisfait. Adieu, monseigneur. J'ai des paroles de feu qui jetteraient des flammes, mais cette folle douleur les éteint.
ophélie
Ophélie de Millais (1852)

Théophile Gautier: (Commentaire extrait de : La peinture romantique anglaise et les Préraphaélites) "Quelle fraîcheur humide, quels verts aquatiques et glauques ! Quel beau noir d'eau profonde sous les arbres penchés !Mais il se sentait contraint d'ajouter qu'il ne trouvait rien de "romantique ni Shakespearien dans le sens où nous entendons ces mots"

...........

Ophélie poème de Arthur Rimbaud.

Lu 833 fois
Plus dans cette catégorie : « Salammbô ou la chute de Tanit

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.