dimanche, 09 juin 2013 19:08

Féminisme

Évaluer cet élément
(0 Votes)

« Les femmes ont pendant des siècles servi aux hommes de miroir, elles possédaient le pouvoir magique et délicieux de réfléchir une image de l'homme deux fois plus grande que nature ." Virginia Woolf, Une chambre à soi p.54

Comment aborder ce thème ?

Faire de cette page une nouvelle histoire du mouvement féministe ? Un appel pour la libération de la femme ? un inventaire des formes d'oppression ? Un cantique en faveur de l'éternel féminin ?

Et Pourquoi cette page ? je ne suis pas particulièrement féministe !

La première réponse à la première question est déjà source d'étonnement :

Pourquoi ne pas vouloir se reconnaître féministe ? et a-ton besoin d'être féministe pour consacrer une page de son site à la femme ?

Qu'est-ce que le féminisme ?

Si je me réfère au vocabulaire philosophique et des sciences humaines de L M Morfaux, le féminisme est un ensemble de doctrines et de mouvements sociaux propres à la civilisation occidentale ayant pour but l'égalisation des statuts de l'homme et de la femme, visant notamment l'égalité civile, juridique, politique, économique et professionnelle de la femme.

Cette définition, qu'on a tout lieu de croire extrêmement pesée et réfléchie, situe son existence dans la civilisation occidentale , zone aux contours assez floue mais réductrice par rapport à l'ensemble de notre planète ;

- second argument : « ayant pour but l'égalisation » ce qui ne peut que signifier que le but de l'égalisation est bien un objectif (plus ou moins) loin d'être atteint ;

- « égalisation des statuts visant notamment l'égalité civile, juridique, politique économique et professionnelle » .On peut rester sceptique devant une telle accumulation de domaines : s'agit-il d'une liste exhaustive ou bien les non-dits, les non-cités sont-ils abandonnés à leur état actuel pour n'être pas essentiels ou bien sont-ils induits dans la définition ?Un examen de chaque domaine pourrait apporter une réponse !

Mais ce que j'en retiens c'est qu'il est évident pour tout le monde que l'égalité hommes/femmes est aujourd'hui encore à construire (j'évite de dire à démontrer !!), que la légitimité de la démarche n'est pas universelle et que les mouvements féministes ont pris l'apparence de mouvements sociaux qui ne prennent pas forcément en compte toutes les dimensions du sujet.

Si cette définition est exacte, je pourrais tout aussi bien me dire féministe puisque j'abonde dans le sens de celle-ci : Il est vrai que les femmes subissent le poids d'inégalités permanentes, et les revendications sociales sont à la fois légitimes et constructives.

Pourtant il y a un aspect des mouvements féministes, sûrement superficiel, qui me fait hésiter, et qui réside dans une fréquente radicalisation des propos tendant à privilégier le féminin, ce qui me paraît totalement absurde. L'objectif ne devrait jamais être perdu de vue , il s'agit bien d'égalité et non de renversements des privilèges !

Alors la question se pose à nouveau : pourquoi cette page ?

D'abord pour compenser le vide immense des autres pages dans la version féminine de mes « phares » : si peu d'auteurs , si peu de poètes ou de peintres féminins !! Je pourrais sans doute compléter :George Sand, Flora Tristan , Simone de Beauvoir , Berthe Morisot ....Il faudrait que je m'en explique Mais j'anticiperai sur mes conclusions : dédain de la gloire ou priorité à d'autres essentiels plus encore qu'oppression ou injustice !

Ensuite parce que la femme permet d'aborder ces thèmes particulièrement beaux à mon sens et qui lui sont spécifiques, comme celui de la mère, de la compagne ou de l'égérie.

Enfin, pour s' interroger : comment cet état d'inégalité s'est-il imposé dans notre histoire et nos cultures et aussi pour explorer ses aspects en d'autres temps et d'autres lieux.

Lu 1034 fois
Plus dans cette catégorie : La femme qui casse des briques »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.