vendredi, 02 janvier 2015 00:00

Le Crabe-tambour

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Auteur et réalisateur : Pierre Schoendoerffer , roman 1976 , film 1977


Distribution
Jean Rochefort : Le Pacha
Claude Rich : Pierre le médecin de bord
Jacque Perrin : Willsdorff alias Le Crabe- tambour
Jacque Dufilho : l'officier mécanicien
Odile Versois et Aurore Clément

Musique Philippe Sarde

crabe tambour : Villsdorff 1jpg

Sur le fond des évènements historiques de la décolonisation française , guerre d'Indochine jusqu'à Dien Bien Phu en mai 1954 , guerre d'Algérie qui s'est terminée par le Putsch d'Alger appelé encore le Putsch des généraux en Avril 1961 et à l'issue duquel De Gaulle déclarera l'indépendance de l'Algérie , le destin de quelques hommes unis par leur milieu social , leurs racines , leurs idéaux et l'amitié mais que les évènements vont néanmoins séparer , prisonniers de leurs convictions personnelles et des choix auxquels ils sont les confrontés par les circonstances .

« La rectitude de nos choix c'est souvent le choix entre un bien et un autre bien «

On ne reprochera pas à P. Shoendoerffer d'avoir choisi ses héros dans un milieu qui est le sien et pas forcément le nôtre mais dans celui-ci , comme ailleurs, les hommes doivent faire face aux dilemmes de cette rectitude du choix quand il s'agit d'opter entre un bien et un autre bien , où la vertu s'oppose à une autre vertu : loyauté à fidélité , courage à pitié, Honneur à humilité .
La valeur de l'homme ne se définit pas par la place que son destin lui fixe , par le sort que les circonstances lui réservent parfois en le broyant., mais bien plutôt par sa résistance et sa capacité à rester fidèle à lui-même sans trahir ses engagements .
Il est difficile de sortir intact d'un tel combat et le compromis tempère le plus souvent nos ambitions d'un absolu inaccessible en lui substituant une retraite honorable .

L'auteur et réalisateur Schoendorffer a choisi pour illustrer ce drame de l' idéologie 3 figures humaines particulièrement significatives respectables et attachantes trois hommes de valeur égale dominés dans le film par la stature du Pacha, le commandant du Jauréguiberry admirablement incarné par Jean Rochefort .

 crabe tambour:   le Pacha jean  Rochefort

« Je suis déjà mort une fois «

Idéalement puisque dans le film nous ne le voyons que dans ce rôle d' Officier de la Marine Française à l'existence vouée exclusivement à son commandement , au bateau et à son équipage, mais avant tout à la Marine Française et à la République ( Impossible de ne pas songer à Grandeur et Servitude militaire de notre grand poète A. De Vigny) , cet homme de devoir et d'orgueil n' a failli qu'une fois dans sa vie . Et sur cette passerelle du Jauréguberry où i l assure sa dernière mission c'est pour rencontrer la mort une seconde fois et rendre les armes à son juge implacable qu'il vient encore défier dans cet enfer sublime de l'Atlantique Nord .

 Crabe tambour Pierre  Claude Rich

Pierre (Claude Rich ), le médecin du bord , connait lui aussi celui qui hante les bancs de Terreneuve sur son chalutier devenu légendaire pour les marins internationaux qui croisent dans ces eaux maudites afin d' assurer leur subsistance dans un des plus durs métiers du monde. IL a peint son bateau Le Chamrock de Fécamp . Sa proue porte les yeux des dragons asiatiques perçant le brouillard et les brumes qui , en hiver durant le s campagnes de pêche , fondent la mer et le ciel dans une grisaille opaque glaciale et humide chargée de sel et d'embruns.
Il a connu Willsdorff , le Crabe-Tambour, au Vietnam , tous deux amoureux de ce pays , tous deux convaincus de leur devoir et de la légitimité de leur présence bénéfique, à leurs yeux . La vraie vie était là-bas et quand la France a dû abdiquer après Dien Bien Phu en 1954, ils avaient promis de tout quitter...

 Crabe tambour :  paysage  du   Vietnam

« Adieu vieille Europe que le diable t'emporte «

Mais Pierre n'est ni parti plus loin, ni encore moins resté . Pierre a abandonné le Vietnam est rentré dans le rang et il a continué d'exercer sa profession de médecin militaire là où la France le lui commandait .
Il sait aussi que sa rencontre avec le Charomk rouvrira quelque blessure d'une promesse non tenue , i l devra aussi rendre des comptes .mais son rôle humanitaire qu'il doit à sa profession , le dispense d'amertume sans gommer pourtant toute la nostalgie d'un engagement à demi respecté .

Quel est donc ce diable au sobriquet de Crabe-tambour qu'ils redoutent et qu'ils poursuivent ? ..... leur conscience .
Il avait l'habitude de porter la sienne dans ses bras , un chat noir dont il ne se séparait jamais


« c'est ma conscience disait - il , vous voyez elle est noire , mais bien moins jolie à regarder ... et comme vous voyez aussi , elle est incorruptible"

 Crabe tambour :Wilsdorf Jacques perrin

Le charisme dont le pare Schoendoerffer nous fait penser à l'un de ces êtres lumineux qui vous brûlent lorsque vous les approchez de trop près . Un Rimbaud , exigeant , intransigeant , aventurier par soif de vivre et de tout goûter , mais brûlant d'un idéal au regard duquel ils ne supportent pas de compromis en particulier lorsqu'il vous a élu parmi ses amis .
Le monde est leur monde et ils dictent leurs règles .Ils exigent de vous la perfection , celle de leur idéal sous peine de déchéance. Aveuglés par leur soif d'absolu ils font de vos faiblesses une faute . et peuvent frapper à mort ceux qui les aiment .

 

Seconde vidéo  ajoutée   pour   sa quasi exclusivité en faveur du Chamrock  !!

Ajoutons un dernier acteur omniprésent : la mer .
La mer dans sa beauté la plus cruelle de l'Atlantique Nord . C'est dans ce film que j'ai vu la meilleure représentation de son immensité et de sa puissance . Que ce soit lorsque l'étrave du navire fend les lames dans des gerbes d'ecume , ou quand la houle soulève mollement ces énormes masses liquides alourdies par le gel de l’Antarctique . Vaste plaine infinie toujours en mouvement , ou déferlantes coiffées d'écume au-dessus d'abîmes mouvants menaçant le bâtiment « il souffre « dit le commandant quand le fer gémit sous les coups de boutoirs .
L'analogie entre le combat qui se joue sur l'eau et les états d'âmes des protagonistes est trop évidente pour la commenter .
Pour l' anecdote , on verra le tableau de Van de Velde si souvent derrière le commandant et son livre de chevet , un livre de Conrad .

 Crabe tambour Le livre de  Conrad

Il faudrait aussi parler de Dufilho le sage ou le fou , fou comme le rhéteur de son village bigouden dont il aime emprunter les fables pour tourner en dérision les drames qui hantent le carré des officiers .

 crabe tambour J. Dufhilo

"Qu'est-ce qu'il y a donc là-haut pour agiter ainsi le cœur de l'homme ? ... Rien."

 

 Mj: posté le 16.1.2012 sur  Un  sogno Italiano

Lu 3575 fois Dernière modification le dimanche, 10 mai 2015 03:00
Plus dans cette catégorie : « Queimada (Burn!) Une journée particulière »

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire émilie samedi, 03 janvier 2015 22:02 Posté par émilie

    ta peinture du Chamrock rend encore plus terrifiants ces récits de cargos syriens dérivant comme des fantômes en Méditerranée.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.