mardi, 18 juin 2013 00:00

Le rêve dans le pavillon rouge

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Cao Xueqin

18e siècle

Cao Zahn plus connu sus son nom social Cao Xuequin vécu entre 1715 et 1764

romancier , poète, peintre , calligraphe, joueur de cithare , chanteur et même acteur amateur.

D'abord romancier érotique , puis romancier social , puis homme d'action sociale .

. Il naquit à Nankin, dans une grande famille chinoise profondément pénétrée des mœurs et coutumes mandchoues. Son bisaïeul avait été nommé en 1663 intendant des soieries impériales de Nankin, poste occupé dès lors pendant cinquante-huit ans par quatre membres de la famille A l'avènement du nouvel empereur Yongzheng , la famille tombe en disgrâce et Cao Xueqin connaît désormais la misère où le maintiennent ses nombreuses incartades malgré ses succès littéraires . « A cause de ses perpétuelles incartades {boisson, désinvolture, goût pour la comédie), Cao Xuequin manquait de vêtements et de nourriture . Un ami de son père, l'enferma à clef dans sa chambre vide pendant trois années , au bout desquelles il avait écrit son ouvrage . » (cité dans un texte sur la genèse du roman par Zhao Liewen )

Le rêve dans le pavillon rouge1

(Hong hou meng)

Roman de 3000 pages environ dans les deux volumes de La Pléiade animé par 448 personnages parfaitement individualisés..

Ecrit en pur dialecte de Pékin , c'est un chef d'œuvre classique du réalisme reflétant tous les aspects de société féodale chinoise du 18 siècle, miroir de la société chinoise avec sa douceur de vivre et ses misères, son opulence apparente et ses tares secrètes. Oeuvre d'imagination mais inspirée par la propre vie de l'auteur qui après une jeunesse comblée dans une famille fortunée protégée par l'empereur, connaît à la mort de celui-ci disgrâce et faillite.

Les amours tragiques de Jia Baoyu (frérot Jade) et de Lin Daiyu (Jade sombre) sert de fil conducteur.

Jia Baoyu est un jeune homme rêveur romanesque et précocement voluptueux , mais son grand amour il le conçoit pour sa cousine orpheline et sans fortune.

Les amours contrariés des deux jeunes gens condamnent Lin à mourir de désespoir et Jia Baoyu fuit sa famille pour se faire moine.

Par cet acte négatif l'auteur entend protester contre le système du mariage imposé par les parents qui opprima la jeunesse chinoise pendant des siècles

Intrigue amoureuse mais avant tout roman social

Extrait de l'introduction au roman par Li Tche-Houa et Jacqueline Alézaïs.

Le renoncement au monde et le sentiment de la vanité de l'amour ne sont pas les idées maîtresses de l'ouvrage , bien que cette thèse ait été soutenue par M Y....dont les écrits ont soulevé en Chine une vive controverse amorcée en 1934. Cette controverse qui s'est étendue sur plusieurs années a eu au moins le mérite d'élargir et d'approfondir les études sur Cao Xueqin et son roman. Loin de prôner le renoncement l'auteur exalte l'amour idéal fondé sur le consentement mutuel et l'harmonie des pensées. Il le dépeint avec une profondeur et une délicatesse qui mettent Le rêve dans le pavillon rouge au premier rand du roman d 'analyse.

Mais l'œuvre ne se réduit pas à une seule intrigue amoureuse. Grâce à sa propre expérience, nourri de la tradition ancestrale , Cao Xueqin montre à travers la grandeur et la décadence de la famille Jia , le déclin inéluctable de la classe féodale, exploitant jusque la le peuple. D'une part il présente la vie fastueuse des privilégiés , à travers le petit univers des deux Palais de la Paix et de la Gloire : intrigues tantôt galantes tantôt sordides, loisirs frivoles, fêtes et banquets au cours desquels les convives, les plus jeunes en particulier, font assaut d'esprit. D'autre part , il dénonce avec ingéniosité, en touches discrètes, l'hypocrisie des institutions traditionnelles, l'exploitation de l'homme par l'homme, fondée sur le système de l'esclavage et d'une justice illusoire. »


Illustration: Anonyme de cour. Les douze beautés, peinture sur soie, dynastie Qing. Période tardive 1709-1723 Musée du Palais , Pékin Le tableau représente l'une des favorites du prince Yinshen , le futur empereur "Yongzhzng

Le Rêve dans le Pavillon rouge porta un temps le titre Les Douze beautés


Sources : Encyc.Universalis et Edition de la Pléiade)

1 Pour mémoire En chine le rouge est le symbole de la richesse, de la prospérité et de la bourgeoise tandis que le bleu plus négatif est par exemple celui du monde des prostituées .

Lu 1096 fois Dernière modification le mardi, 11 novembre 2014 20:20
Plus dans cette catégorie : Au bord de l'eau »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.