lundi, 27 mai 2013 00:00

le loup des mers

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Je me donne pour objectif de relire ces deux livres (le loup des mers et les mutinés de l'Elseneur) que j'ai lus très jeune .. comme beaucoup d'entre nous .

london le loup  des  mers couverture du  livreToujours aussi convaincue qu'on se construit principalement avec nos livres, bien avant que d'être façonné par la vie, mais que bien sûr on enfouit la substance pour se l'approprier de manière inconsciente , c'est un plaisir immense de faire le chemin à l'envers , et de révéler la source de nos idées et de nos émotions.
J'ai commencé avec le loup des mers et déjà dès les premières pages j'y retrouve les empreintes de Schopenhauer et de Nietzsche et puis Darwin, Edgar Poe et aussi sa position contre la peine de mort (1904 - un de ses premiers romans- aux EU c'était une idée novatrice ! ) .

Je m'attends à "souffrir" sur la banquise avec la chasse aux phoques , comme je souffre avec Melville et la baleine blanche , ou avec Hemingway pour ses safaris et ses corridas .. Il y a là un phénomène étrange qui marque évidemment l'évolution de nos mentalités (et de notre sensibilité).
J'ai dû lire ces auteurs dans les années 1956-1960 et notre seuil de tolérance au regard de la cruauté notamment animale a beaucoup changé . Une certaine forme de racisme également est généralement reprochée à London , comme pour Kipling dont il était un grand admirateur .
Avec déjà ces réserves qu'il faut relativiser par le contexte à la fois de l'époque à laquelle il a été écrit , et celui où il était lu ce qui est une autre curiosité ..je vais "revisiter " London, dont j'ai retenu , cette fois consciemment , les idées politiques et sociales .

Il semblerait que je ne sois pas la seule , puisque son oeuvre est en cours de réédition et fait l'objet d'un nouveau regard dans la sphère littéraire et philosophique . Heureuse coïncidence!!!

Le loup des mers (edition de 1966 donc serait "philosophiquement incomplète puisqu'il manquerait des passages sur Nietzsche et Shopenhauer , mais me semble dejà asssez edifiante sur le sujet . à voir plus tard .....)

Hump Van Weyden: Le narrateur interne et principal protagoniste : Jeune gentleman écrivain
Loup-Larsen : capitaine de la goélette le fantôme, chasseur de phoques et autodidacte

p.72 : Hump : J'étais effrayé de la sauvagerie qui m'envahissait et je me demandais si, sous l'influence de l'universelle bestialité dont j'étais entouré , je n'allais pas me conduire moi-même comme tous ces hommes, qui me faisaient horreur. Oui, moi qui déniais à la justice le droit de punir de mort , même en châtiment du crime le plus flagrant, allais-je tuer ?

p73 : Hump : Non mais je connais la valeur de la vie humaine.
Loup Larsen :Et quelle sorte de valeur lui donnez-vous ? Des mots ! des mots! La preuve en est que , mis au pied du mur , vous êtes incapable de me répondre .La vie dans l'univers est illimitée. La nature en est prodigue. Regarder les poissons et leur s millions d'oeufs. Vous-même, si votre seule occupation était de procréer, combien d'existences seriez-vus capable d'engendrer ? Et si tous les êtres que vous auriez procréés se multipliaient dans les mêmes proportions, au bout de quelques générations ils formeraient tout un peuple!
La vie ? Elle n'a aucune valeur. Rien n'est meilleur marché ici-bas. Et, si elle ne se dévorait pas elle-même, jusqu'à ce que les plus forts subsistent seuls, il n'y aurait pas sur notre globe assez de terre et assez d'eau pour la contenir.

Chapitre 7 (un chapitre lumineux ) contemplation de la mer (par (London-Hump) et coté lumineux de Loup-Larsen qui cède à l'instant poétique , s'élève dans sa contemplation et se reprend immédiatement : beau mouvement littéraire )

P 77 : La mer calme : Au-dessus de moi , le ciel est d'un bleu admirable et tout aussi bleue est la mer qui, sous l'étrave qui la déchire, est pareille à un satin azuré, resplendissant. Tout autour de nous l'horizon est légèrement pale. Quelques nuages floconneux, immobiles et toujours semblables à eux-mêmes, sont comme un enchâssement argenté dans le ciel de turquoise.
[...] Le bruit de l'eau était pareil au gazouillis d'un ruisselet sur des pierres moussues, au fond d'un vallon vert, et la douce et monotone chanson m'emportait loin, bien loin de moi-même.

Hump : La vie selon vous est sans valeur.
Il éclata de rire et, pour la première fois , je le vis s'abandonner à une franche gaieté .
- Loup larsen : Décidément vous n'y comprenez rien . C'est l'imagination d e l'homme qui lui donne tout son mérite. Et c'est pourquoi en ce moment la vie est extraordinaire pour moi .
Oui devant cette belle nuit, une étrange exaltation m'envahit . IL me semble que l'univers est à oi que je vois clair dans la vérité et dans la justice, dans le bien et le mal . Et je pourrais presque croire en Dieu.
Mais (son visage s'assombrit, alors que sa voix se faisait plus rauque ) la cause de cette exaltation est purement matérielle. L a tiédeur de l'atmosphère, un estomac bien garni et une bonne digestion , voilà ce qui met en effervescence le ferment vital que je suis et fait pétiller mon sang comme du champagne. Et demain ... Eh bien demain , comme l'ivrogne qui a cuvé son vin , je paierai , en retombant à plat dans la réalité, cet instant d'ivresse.
Puis le jour où je mourrai , ce sera en mer vraisemblablement, je m'en irai au fond de l'eau pourrir et servir de pâture aux bouches qui me guettent Ma vie et mes muscles redeviendront existence et force dans la nageoire, dans l'écaille et dans les boyaux des poissons.

Chapitre 8 : Spenser , morale et philo
p 85 : Loup Larsen : vous vous obstinez à croire au bien et au mal
Hump : sincèrement vous n'y croyez pas ?
Loup larsen : Pas le moins du monde ! Il n'y a qu'un droit, je le répète, celui de la force Le faible à tort uniquement parce qu'il est faible. C'est tant pis pour lui Il est bon et profitable d'être fort...
Hump : .... altruisme ....
Loup Larsen : Oui, oui je me souviens de quelque chose de semblable dans Spenser ..

(Hump-London) Je me demandais ce qu'un tel homme avait bien pu tirer de la lecture de ce philosophe pour qqui l'altruisme était intimement lié à son idéal de vie supérieur Il est certain que Loup larsen avait épluché dans Spenser ce qui lui convenait et avait rejeté le reste .)

Hump : Bref dis-je vous êtes un individualiste un matérialiste et un hédoniste .

Chapitre 9 Transformation de Hump .physiquement et moralement

Chapitre 10 Lucifer , l'enfance du loup (de Loup Larsen !), la joie créatrice, la chance .
Hump- London : sur la mélancolie scandinave (loup larsen est norvégien d'origine danoise )Je comprends mieux maintenant les vieux mythes de la religion d' Odin Les sauvages à peau blanche et à cheveux blonds qui créèrent des panthéons terribles étaient de cette espèce .L'insouciante gaieté des latins est inconnue de Loup Larsen Quand il lui arrive de rire c'est une forme différente de sa férocité et rien d'autre . Mais il rit rarement Une sombre hypocondrie qui a de profondes racines ataviques , constitue le fond de sa nature C'est cette tristesse latente, fanatisée qui a produit chez les Anglais, l'Eglise réformée et des tres du type de Mrs Grundy (personnage symbolique aux idées étroites et obstinées )
Mais la religion qui est par elle-même une consolation manque à Loup Larsen et l'abandonne à sa sombre humeur Son matérialisme brutal constitue toute sa philosophie En sorte que quand il est envahi par les idées noires , il ne peut devenir que diabolique .

Hump-London : belle image de la nature sauvage :
la crise dura trois jours. Loup Larsen était presque aveugle. (céphalée) Il souffrait comme souffrent les bêtes sauvages et comme celà me semble être l'habitude sur les navires pareils aux nôtres . C'est à dire solitaire , sans se plaindre et sans être plaint.

p 106 Loup Larsen : La crainte, la souffrance et la haine ont été les seules impressions de mon âme d'enfant.
Hump : la chance vous a manqué
Loup Larsen : Mais personne ne crée la chance et l'occasion favorable m'a fait défaut. Tout ce qu'on peut faire est de la reconnaitre quand elle se présente .

Chapitre 11 L'Ecclésiaste :
Loup Larsen :..... "Tout est vanité et affliction de l'esprit. Rien n'est stable sous le soleil "
Un chien galeux vivant dit il vau mieux qu'un lion mort . Il aurait préféré la vanité de la vie et ses tourments au silence et à l'immobilité de la tombe .... Vivre est une vanité . Mais regarder par delà de la mort en est une bien plus grande encore ..
Hump ... Omar Khayyam . Lui du moins , après s'être torturé l'esprit toute sa jeunesse , de ces troublantes spéculations sur nos fins dernières ,est parvenu à se fabriquer une philosophie joyeuse qui lui a permis de vivre heureux .

Chapitre 12
Rixes et bestialité : Un chapitre d'une extrême dureté pour décrire la brutalité de ces hommes ( ça vaut "Fight-club" !!)

Chapitre 14 : la femme, complot contre Loup Larsen et mort du "second"
"C'est une chose malsaine et contre nature , que l'homme vive en dehors du contact de la femme et la méprise ou dédaigne comme le font toutes les brutes qui m'entourent . La dureté et la sauvagerie sont le résultat de cet isolement. il n'y a pas d'équilibre dans leur existence . La spiritualité de leur nature s'est atrophiée "

Chapitre 15 : Promotion de Hump au rôle de second passe à Monsieur Humphrey Van Weyden
Les limites du courage . compromis pour la survie, transformation et dépassement de soi .

Chapitre 16 : La montée de la Haine dans son paroxysme chez Leach en même temps qu'il redevient humain . desespoir ,prédit le suicide de Johnson , le meilleur et donc le plus faible ....

Chapitre 17 : période redoutée , on arrive sur les bancs de chasse au phoques ! jusque là London reste très "sobre" sur le massacre mais qui dans ce milieu cruel et brutal parait "normal" .
Par contre ce chapitre plus long que les autres fournit une image exceptionnelle dans la description de la tempête !! Je ne pense pas que Conrad ait fait mieux ! Grandiose , la lutte des hommes contre la nature déchainée .

Chapitre 18 : Desertion de Johnson et de Leach , seul espoir de se soustraire à la cruauté de Loup-Larsen .- Apparition de Maud. Cynisme du capitaine
"on aurait dit que le besoin de lutter, même et surtout dans les conditions les plus défavorables, lui était aussi nécessaire que l'air qu'il respirait.
Chapitre 19 : paroxysme de cruauté de Loup Larsen
"La poursuite désespéré recommença, elle aussi . Elle dura pendant deux heures encore. Le même manège se renouvelait sans arrêt. Nous ralentissions et mettions en panne. Puis nous repartions, pour ralentir , remettre en panne et repartir.
Et toujours le petit bout de voile luttait, alternativement jeté vers le ciel pour retomber dans les vallées liquides.
U grain plus violent que le précédent le cacha à notre vue, tandis qu'il se trouvait à un quart d mille en arrière.
Il ne reparut jamais.

Chapitre 20 : humiliation de Hump . Jusqu'où le vouloir vivre pousse un homme ...

Chapitre 21 : Le requin

Chapitre 22 Naissance d'une idylle dans cet enfer .

Chapitre 23 : Hump-London idéaliste
"Et je songeais à ce que m'avait dit souvent Ch... , qui était un grand sage : "l'homme qui ne connait ici-bas que la matière trouve, dans son matérialisme même, le châtiment de sa doctrine " (hum ça se discute !)

Chapitre 24 : Duel sur la mer entre les deux frères ( Loup-Larsen et larsen-la-mort) ,le Fantôme contre le Macédonia.

Chapitre 25 : la séduction du prédateur , poésie Milton (l'Enfer) , fuite ...

Chapitre 26 : Les deux fuyards ..

Chapitre 27 : Arrivée sur l'ile qu'ils baptisent l' Ile de bonne volonté

Chapitre 28 : un couple de Robinson

Chapitre 29 : vie primitive

Chapitre 30 Réapparition de Loup Larsen abandonné , vaincu et malade

Chapitre 31 : pitié

Chapitre 32 : derniers sursauts du fauve blessé

Chapitre 33 : mort de Loup Larsen et sauvés .

______

Un des tout premiers romans de London . Je dirai essentiellement axé sur l'instinct de survie , la résistance à la bestialité. Si London a voulu faire de Loup Larsen un personnage Nietzchéen par sa philosophie son nihilisme et la puissance au sommet des valeurs de survie, il en a aussi démontré le paroxysme de cruauté auquel cette lecture de Nietzsche commune à l'époque de l'auteur , peut mener . Aujourd'hui on dirait qu'il en est une caricature .

Ceci dit , la description du personnage , son contour psychologique est admirablement structuré par London , où la force physique sert et libère tous les instincts de domination et de puissance sans étouffer l'esprit réceptif à la conscience et à l'art, ce qui en décuple la perversité dans sa cruauté .

Pauvre Humphrey , confronté à cette violence au milieu des hommes de l'équipage avilis par leurs conditions de vie sur le Fantôme et dont il redoute la contamination de la haine , de la lâcheté , de la trahison . 

A relire  également  :

london  les mutines  de lElseneur couverture du  livre

Lu 1065 fois Dernière modification le vendredi, 15 août 2014 16:34
Plus dans cette catégorie : « Le talon de fer London par Irving Stone »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.