lundi, 17 août 2015 21:54

Pradier James

Évaluer cet élément
(0 Votes)

1790-1852
Sculpteur   néo-classique

 


James Pradier, un sculpteur néoclassique ?
par MONIQUE BOURGUET-VIC

J'aimerais rendre hommage  à  l'admirable  travail de  Monique  Bourguet-Vic sur  ce  sculpteur  dont nous cotoyons ,  sans  vraiment  le  savoir , les  oeuvres  qui  ornent  nos   jardins  , nos  parcs, les édifices  publics   à  Paris et  dans  toute  la  France  .

Je n'emprunterai  à  ce  site  que  sa Casssandre (illustration  de  la page) en souhaitant  que  vous  serez  de visiter  la totalité du  contenu.,dont ci-après  un  court  extrait:

 [...]Il faut tout d'abord replacer Pradier dans l'évolution de la sculpture de la première moitié du XIXe siècle.

C’est l’époque dominée par le goût de l’Antique. Les collections d’antiques du Louvre, enrichies par l’Empire, étaient copiées par tous les sculpteurs lors de leur formation à l’École des beaux-arts.

C’est aussi l’époque de la prédominance des règles du « Beau idéal » et du « grand style », tirant leurs thèmes de l’histoire antique ou de la Bible. Allégorie et symbole sont à la base du langage néoclassique défini en 1823 par Quatremère de Quincy.

Dans les années 1820-1840, arrive une génération nouvelle de sculpteurs, influencés par l’hellénisme et les modèles grecs trouvés récemment, comme la Vénus de Milo ou les marbres du Parthénon.

Alors que le mouvement romantique s’épanouit en peinture, sa gestation est plus lente en sculpture en raison, entre autres, de la domination officielle de la génération néoclassique incarnée par le sculpteur Bosio (ill. 3), champion de l’esthétique néo-canovienne.

[...]

Lu 708 fois Dernière modification le lundi, 17 août 2015 22:13
Plus dans cette catégorie : « Le Bernin

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.