vendredi, 03 octobre 2014 00:00

Gustave Klimt

Évaluer cet élément
(1 Vote)

par  Sunny  Winter
Il y a de nombreuses années, quand j'ai vu pour la première fois, Le Baiser de Klimt (dans un livre), j'ai eu un réel coup de cœur. Depuis, je n'ai jamais cessé d'aimer cet artiste.....

 

Pour moi, Klimt c'est tout à la fois, de l'onirisme, des couleurs, une certaine vision de la femme, une nature sublimée et une ouverture vers l'art moderne. Tout ne correspond sûrement pas à ma vision du beau, mais tout me parle. J'aime la douceur du regard de Danaé, la tendresse de la jeune mère qui tient son enfant, la beauté lointaine de la Dame à l'éventail, la sensualité des serpents d'eau, l'amour si présent dans Le baiser et l'exubérance des fleurs ... On est sans doute loin de la perfection technique du classicisme, mais ces toiles suscitent de l'émotion ; on sent les joies et les fragilités de l'artiste, qu'il partage avec tout un chacun, à travers sa peinture.

Gustav Klimt naît dans la Vienne impériale de la seconde moitié du XIXe siècle et montre très tôt son goût pour les arts. A 18 ans, il crée un atelier de décoration avec son frère et un ami et très vite, les commandes privées et publiques sont là ! Il va ainsi travailler à la décorations des escaliers du Burgtheater et du Kunsthistorisches Museum, à Vienne.

Il se rapproche d'autres artistes viennois et en 1897 il participe avec eux à la fondation de l'Union des Artistes figuratifs, aussi appelée Sécession viennoise.
Cette association a pour but de réformer la vie artistique de l'époque un peu comme l'Art Nouveau en France et le Jugendstil en Allemagne. Le magazine Ver Sacrum (Printemps Sacré) devient le moyen d'expression de la Sécession, et le porte-parole de cette envie de changer le monde.

En 1890, il rencontre Emilie Flöge, qui possède un salon de couture. Bien que célibataire endurci (il vit avec sa mère et ses sœurs) et malgré de nombreuses amours passagères, elle restera sa compagne, jusqu'à la fin de sa vie. Au début des années 1900, il fera d'elle ce beau portrait.

 klimt emilie floge

 

En 1898, le tableau Pallas Athena marque la volonté de Klimt de se démarquer de l'art officiel. La coupure avec la peinture classique est symbolisée par la Gorgone qui tire la langue sur le plastron d'Athena.

 klimt Pallas Athena

 

Les années 1902-1903 constituent un tournant dans l'oeuvre de Klimt, et une période de créativité intense . Il entame la réalisation de son "Cycle d'Or" avec, entre-autres, les "Serpents d'Eau" et "Danae". Les deux tableaux sont pleins de sensualité, même si les corps longilignes des sirènes diffèrent de celui bien en chair de Danaé, ils dégagent le même mélange d'innocence et d'érotisme.

 klimt les sirenes

 klimt  Danaée

En 1905, Klimt peint l'un de ses tableaux, les plus célèbres, Le Baiser. Malgré sa forme massive, il renferme l'amour et la tendresse que partagent tous les amoureux du monde. Cette étreinte amoureuse a une dimension presque sacrée. Les têtes et les mains, qui émergent seules de l'abri formé par les capes des amants laissent entrevoir une intimité profonde. L'oeuvre évoque un monde harmonieux, dans lequel le couple s'isole, comme dans un refuge.

 Klimt le baiser

 

 

Une autre toile pleine de tendresse est La Mère à l'Enfant, qui est en fait une partie de la peinture Les trois âges de la femme.

 klimt mere a l enfant

 

Avec plusieurs de ses amis, Klimt quitte la "Sécession" (1908) qui, selon lui, tend à se scléroser. Il décide de se consacrer à la peinture de paysages ou d'allégories. Ses toiles deviennent de plus en plus stylisées et colorées. On sent les influences du pointillisme de Seurat, mais aussi de Van Gogh.

 rosiers sous les arbres

 Klimt jardin  italien

Pendant plus d'une dizaine d'années, Klimt ne sera plus le « décorateur fin de siècle » à la mode, il sera même dénigré, presque oublié.

Il continue pourtant à peindre, se tourne vers vers la peinture intimiste, parfois érotique et les portraits, principalement des portraits de femmes ... il les représentera de façon sensuelle, langoureuse ou extravagante, entourées d'ornements chatoyants, presque envahissants, comme dans le tableau Hope ou le portrait d'Adele Bloch-Bauer.

 klimt hope

 klimt adele bloch bauer

 

A partir de la Biennale de Venise de 1910, il retrouvera le succès et redeviendra le peintre de l'intelligentsia autrichienne, véritable inventeur de l'art décoratif.

En 1913, il peint La jeune fille. Plusieurs personnages sont intégrés dans le motif floral de la toile et symbolisent les différents stades de l'éveil sensuel.

 klimt  la jeune fille

 

 En 1916, une autre toile célèbre voit le jour, La Vie et La Mort. Klimt se sent vieillir et et pense à la mort. Cette peinture reprend des thèmes qui lui sont familiers : à droite, la Vie représentée à tous les âges de l'homme et surtout de la femme. Les corps s'enchevêtrent avec sensualité et sérénité, voire une certaine jouissance. A gauche (sinistra en latin), la Mort veille, prête à frapper, à tout instant ; cette mort est toute empreinte de religiosité, sa robe est parsemée de croix.

 klimt la vie et  la  mort

 

 La magnifique Dame à l'éventail sera l'une des dernières toiles du maître. Le fond du tableau, tout comme le kimono qu'elle porte et son éventail sont d'inspiration asiatique.
Il paraîtrait que cette peinture trônait encore sur un chevalet dans l'atelier du maître, lors de son décès, suite à une congestion cérébrale en janvier 1918.

 klimt dame à  l'éventail

Lu 16459 fois Dernière modification le vendredi, 03 octobre 2014 13:35

2 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.