Imprimer cette page
mardi, 15 juin 2021 23:24

Heimskringla

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Histoire des rois de  Norvège de  Snorri  Sturluson 

histoire des rois de norvège 1

  " Oeuvre  la  plus puissante  que nous  ait  léguée le  Moyen Âge  scandinave,  l'histoire  des rois  de Norvège fut rédigée  vers 1230 par  l'auteur de  l'EDDA,  le poète et  historien islandais Snorri  Sturluson. Elle retrace  la vie  des  fondateurs  du  royaume  de   Norvège depuis les  origines  mythiques de  leur dynastie jusqu'à  la bataille  de  Ré en  1177. 
L'auteur s'est arrêté  principalementsur  l'époque  tumultueuse des IXé-XIé siècles qui vit  les  Norvégiens tout  à la  fois  livrer des raids  contre  l'Europe  occidentale, avant  de s'implanter  durablement dans  plusieurs  régions de  la Grande-Bretagne et de  l'Empire  franc:  coloniser îles et  archipels  de  l'Atlantique nord, se  doter  progressivement  d'un Etat  unitaire,  après  les victoires  remportées  par  Harald  à  la  Belle Chevelure vers  la fin du IXe siécle; puis se  rallier  non sans de farouches  résistances, à la religion  chrétienne que  leur  imposèrent  par  le  fer et  par  le feu  deux  rois  évangélisateurs, Olaf fils Tryggvi, à  à l'extrème  fin  du  Xe siècle et  Olaf  le gros, qui trouva  la  mort  à la  bataille  de  Stiklestad en  1030 et  passa  à la  postérité  sous  le  nom  de  Saint  Olaf.
   Reposant sur  une vaste  connaissance des sources  orales  et  écrites qui conservaient  le souvenir  des  actes d'éclat accomplis  par  les souverains de  Norvège, ce sommet  de  l'historiographie  norroise qu'est  l'ouvragze de  Snorri  Sturluson  se distingue  également par  la  methode critique et  par  l'exceptionnel talent  littéraire  de  l'auteur.
   Le  présent volume  constitue  la première  partie  de  l'histoire  des rois  de   Norvège, oeuvre  qui  n'avait jamais  été  publiée  dans son  intégralité  en  langue  française. La traduction est  accompagnée de  nombreuses  notes  explicatives, de  cartes géographiques, de tableaux généalogiques et de plusieurs document   iconographiques." 

Spécialiste de la Scandinavie  ancienne  médiévale,  François -Xavier  Dillmann est directeur d'études  à la  IVè section  de  l'Ecole  pratique des  Hautes  Etudes en  Sorbonne. Il est également  directeur de  la revue d'études  nordiques PROXIMA THULE. Le  prix de  la traduction de la Société  française des traducteurs lui a été décerné e  1991 pour  l'Edda  de  Snorri Sturluson publiée  dans  cette  même  collection 
(collection  Gallimard  A l'aube des  peuples. (4ème de couverture )

Snorri  Sturluson

Snorri SturlusonNé en  à Hvammur et mort en  à Reykholt) est un homme politique, diplomate, historien et poète islandais. Il est le principal écrivain scandinave du Moyen Âge. Auteur de nombreuses sagas et de récits mythologiques, son œuvre constitue une source essentielle pour la connaissance de la mythologie nordique.Snorri Sturluson sur wikipedia

 Il est en particulier  l'auteur  du célèbre récit  mythologique   "L'EDDA"  dit  l'Edda  en  prose  .

 

 

Heimskringla 
L'histoire des rois de  Norvège

présentée   et annotée dans sa traduction  par   François-Xavier  Dillmann
(Gallimard, collection  à l’Aube des  peuples)

-Introduction

-Note sur  la  traduction

Histoire des  rois de  Norvège

- Prologue *

- Histoire  des  Ynglingar

- Histoire  de  Halfdan le noir

- Histoire  de  Harald  à  la Belle  Chevelure

- Histoire de Hakon  le Bon

- Histoire  de  Harald à la pelisse grise
(ici se  situe  l'histoire  d'Hakon le  puissant  , fils  de   Sigurd et  Duc  de  Lade )

- Histoire  du roi  Olaf fils  Tryggvi

Notes de  la  p. 355 à 512

- Appendices 

- Bibliographie

- Tableaux

- Cartes

- Figures

- Index des  noms

- Table des tableaux ,  cartes et figures. 

- Repères  chronologiques qui  commencent  en  819 soit à la  naissance  de Halfsdan  le Noir jusque vers  l'an  1000, début  du  gouvernement  d'Eric  Fils  Hakon et de son  frères  Sven. 

Quelques extraits  :

 

Prologue

Au début du  prologue,  Snonrri  Sturluson explique  la démarche  qu'il a  suivie pour construire  son  oeuvre :

   "Dans ce  livre , j'ai fait écrire de   vieux récits, tels que je  les  ai  entendus racontés par les érudits, au sujet des souverains de   langue  danoise(1) qui régnèrent sur  les  pays  du  Nord, ainsi qu'au sujet de quelques  unes  de   leurs lignées, d'après ce qui  m'en  a  été enseigné. Pour partie  cette  matière est contenue au sein des  listes généalogiques dans lesquelles  les rois  et  les autres grands ont  retracé  leur  ascendance  paternelle, pour  partie  elle  a  été transcrite  d'après  les  vieux chants et les  poèmes épiques, dont la  récitation constituait une manière de  divertissement. Et bien que nous ignorions dans quelle  mesure ces  oeuvres sont dignes de foi, nous  savons  qu'à  l'époque ancienne les  érudits  les considéraient  comme telles.[...]

Âge de la crémation et âges des tertres :

Les temps  les  plus anciens portent  le nom  d'  Âge de la  crémation, car la coutume  était  alors  d'incinérer tous  les  morts  et  d'élever des  pierres  à leur  mémoire. Après que  Freyr eut été enterré  à  Upsal, nombreux  furent  les chefs qui  érigèrent ausi bien  des  tertres, que  des  pierres en souvenir de leurs  proches. Comme  le  roi  des  danois Dan  le superbe s'était fait  élever  un tertre et avait demandé  qu'après sa  mort  on  l'y transportât avec sa  parure royale, son équipement  guerrier, son cheval, muni de tout son  harnachement, et beaucoup d'autres  objets  précieux, nombreux  furent ses  parents qui l'imitèrent, en sorte qu'au   Danemark commença  alors  l'âge des  tertres. Mais chez  les  Suédois et  les  Norvégiens l'âge de  la crémation  se  poursuivit longtemps encore.

Début de la  lignée  norvégienne  avec  Harald  à la  Belle Chevelure, rôle des  scaldes et valeur historique des strophes scaldiques :

harald à la Belle chevelureL'Islande  fut  colonisée à l'époque  où  Harald  à  la  Belle  Chevelure régnait sur  la  Novège. Auprès du roi  Harald étaient  des  scaldes, dont  on connait encore  les  oeuvres, de même que les  poèmes composés  en  l'honneur  de tous  les  rois qui gouvernèrent  ensuite  la  Norvège. Nous  accordons le  plus de crédit  aux  poèmes qui furent  déclamés en  présence des souverains  eux-mêmes  ou de   leurs fils; nous tenons  pour vrai  tout  ce que   ces  poèmes  relatent au sujet de  leurs expéditions ou de  leurs combats. Les scaldes ont  certes accoutumé de couvrir  des  plus grandes  louanges le personnage devant  lequel  ils se trouvent, mais aucun d'entre eux n'oserait  lui attribuer, en sa  présence, des faits  dans  lesquels toute  l'assemblée verrait  mensonge et affabulation ; car cela reviendrait  à railler et non  à  glorifier . [...]"

1)l'expression  "langue  danoise"  doit  être  comprise  comme  la langue  du vieux  norrois  (note de F.X. Dillmann)

 

 Histoire des  Inglingar

 

 Inglingar  désigne  une des  premières dynasties royales scandinaves qui se scinde en  deux branches, la première Suéduoise  puis une seconde   norvégienne quand  Harald  à la  Belle  Chevelure quand  il devient  roi de  Norvège. 

Selon Snorri Sturluson ils avaient  pour ancêtre commun  Ingvy-Frey qui ne serait  autre  que  le  dieu  Vane Frey de la mythologie  scandinave, interprétant ainsi  l’origine divine de   la  tradition dans  une  vision  évhémériste. 

Voir sur  wikipedia  la généalogie  reconstituée

 

Avant d’aborder  la  longue  liste   des    jarls,  , godhi  , roitelets  ducs  ou rois  enfin  qui se sont   succédés  dans  cet  univers où se  mélangent  le  légendaire et  l’historique  , Snorri Sturluson   nous  offre une description  des  territoires  où  ils évoluaient  , la  géographie  d’un  auteur  du  XIIIème  siècle , situant  le  pays des  Vanes  au cœur   de   l’Europe  ,  à  l’ouest  du Don.

 

Chapitre  1er :Géographie 

L’orbe du  monde, qui est habité par les hommes , est tout  échancré de baies ; de vastes  mers  venant de l’Océan pénètrent  à l’intérieur des terres. On sait qu’une mer s’étend  du détroit de   Norvi (1) jusqu’au pays de Jérusalem (2). Venant de  cette  mer,  un  long  golfe  marin, dont le  nom est  Mer Noire, s’avance en  direction du  nord-est en séparant les continents : celui  qui  est situé  à l’est porte le  nom  d’Asie, mais celui qui  se trouve à  l’ouest est appelé  Europe par  les  uns  et  Enéa (3) par les  autres.

Au nord de  la mer  Noire s’étend  la Grande  ou  Froide-suède ; Certains estiment  que   la  Grande  Suède n’est pas moins vaste  que  le  Grand-Serkland (5), d’autres  la comparent  au Grand  Blaland.(6)  La  partie  septentrionale  de  la Suède est inhabitée  en  raison du gel  et du froid, de même  que  la  partie  méridionale  du  Blaland est déserte en raison  de la chaleur torride  du  soleil. La  Suède   comprend  nombre de  grandes  provinces ainsi  que  toute sorte de peuples et  maintes  langues ; il y a des géants et des  nains, des  nègres  et  toutes  sortes de peuplades étranges, des animaux et des dragons d’une taille   effrayante.

Prenant sa source  au  nord des  montagnes qui s’élèvent  loin de   toute région  habitée, un fleuve coule  à travers  la  Suède : son vrai nom est  Tanaïs(7) mais autrefois  on l’appelait Tanakvisl ou  Vanakvisl ;  il se jette  dans  la  mer  Noire. Le  pays  situé dans  les  bras  du  Vanakvisl était alors  appelé  Vanaheim(8) . Ce fleuve sépare les continents : celui qui est situé  à  l’Est  se  nomme  Asie. Celui qui  se  trouve  à l’Ouest,  l’Europe.

 

Précisions  apportées  par  les  notes  de F.X. Dillmann. (Ces  notes méritent  une  lecture attentive et savante et je  ne  suis  pas certaine d’une  juste interprétation de ma part   . Les citer  ne  peut être qu’une  incitation  à se  rapprocher du  texte).

  • 1) Détroit de Gibraltar
  • 2) Palestine
  • 3) Région de la  méditerranée
  • 4) Scythia magna : Pays des Scythes, mais Svethia pour désigner  la  Suède
  • 5) Désignerait l’ Afrique du  nord (partie de  l’Afrique)
  • 6) L’Afrique en général
  • 7) Le Don
  • 8) Pays des Vanes

Chapitre  2 : Des  habitants de  l’Asie

 

Origine d’Odin

 

    Le  pays situé à l’Est du  Tanakvisl était  appelé  Asaland ou  Asaheim, tandis que la capitale de ce pays  portait  le  nom  d’Asgard (1). Dans cette ville  résidait  un chef  qui s’appelait  Odin.(2) Il y avait  là  un grand  sanctuaire qui,  selon leurs coutumes, était  desservi  par  les  douze  chefs(3) les  plus  éminents ;  Ils  présidaient aux sacrifices et rendaient  la  justice ; Ils  étaient  appelés  Dïar(4) ou  Drottnar (5),  et  tout  le peuple devait  les servir et  leur témoigner du  respect.

Odin  était  un grand  guerrier ;  il entreprenait de nombreuses  expéditions et s(appropriait  maint  royaume. Il était  à tel  point favorisé  par  la victoire qu’il prenait  l’avantage  dans  chaque bataille ;  il en résulta que ses  hommes se  persuadèrent qu’il lui revenait de   sortir  victorieux de toutes  les  rencontres. […]Quand ses  hommes  se trouvaient en  danger, en quelque  lieu  que  ce fût, sur  mer  ou  sur terre, ils  invoquaient son  nom,  et  ils  estimaient être toujours  secourus […]

 

  • 1) Enceinte, pays , résidence  des  Ases
  • 2) Nom du chef des dieux scandinaves, selon la plupart des  sources  norroise et d’abord  l’Edda  de   Snorri
  • 3) Les principaux dieux de la  mythologies scandinave  ,importance  du  nombre  douze,  dans  l’ancien  Nord
  • 4) Dîar =nominatif pluriel d’un terme d’origine  celtique qui  signifie  dieux  au sens  de  divinité  préchrétienne.utilisé  par   Snorri pour  prendre ses  distances  par  rapport  au  dieux  de la  mythologies (Ases ou Vanes )  et   aussi  du  dieu  chrétien.
  • 5) Drottnar = nominatif pluriel signifiant seigneurs

Troisième chapitre   : Odin  et  ses  frères

 

Court  chapitre  sur  Odin,  Vé et Vili,  et  sur  la déesse  Frigg.

 

Quatrième chapitre :  Guerre  avec  les  Vanes

C’est  ici  que se situe  le célèbre épisode  du conflit  entre les deux peuples  divinisés  dans  les récits  mythiques   et   notamment   dans  l’Edda, avec la fin du conflit  par  l’ échange d’ «’otages »  , personnages/dieux et déesses éminents , Njord le riche, son fils  Frey, ainsi  que  sa  sœur  Freyia, et Kvasir (Vanes) , Hoenir  et  Mimir(Ases).

       Odin  marcha  avec  une armée  contre  les  Vanes,  mais ils firent  bonne  contenance et  défendirent  leur   pays, et  les uns et  les autres remportèrent  la victoire à tour de  rôle. Chacun  pilla le  pays de   l’autre  et  y fit  des ravages. Mais  quand ils s’en furent  fatigués de  part et  d’autre, ils  fixèrent  entre eux une réunion de  conciliation, firent  la  paix  et se  remirent  des  otages. Les Vanes   remirent le meilleur  de  leurs hommes, Njördj le  Riche et son  fils  Freyr, et les  Ases , en  échange, celui qui  s’appelait  Hoenir, déclarant qu’il avait tout ce qu’il fallait  pour  faire un chef.  C’était  un  homme  de  grande  taille et très beau. Avec  lui  les Ases envoyèrent celui qui  s’appelait  Mimir, le  plus sage  des  hommes, et  les  Vanes remirent en  échange  celui qui  était le plus avisé de  leur  troupe.  Il s’appelait  Kvasir. Quand Hoenir arriva dans  le   Vanaheimr, il fut aussitôt  fait  chef. Mimir  le conseillait  en   toutes choses. Mais quand Hoenir se  trouvait   dans  les assemblées ou les  réunions et que Mimir n’était  pas  à  proximité, et qu’on lui soumettait quelque affaire difficile, il répondait  toujours  la  même chose : « Que  d’autres  décident », disait-il. Alors les  Vanes soupçonnèrent  que  les  Ases  avaient  dû  les tromper  dans l’échange. Ils  prirent Mimir  , le  décapitèrent  et  envoyèrent sa tête aux  Ases. Odinn  prit  la tête, l’oignit  d’herbes qui  ne  pouvaient   pourrir,  l’enchanta  et  l’ensorcela de telle  façon qu’elle se  mit  à  lui  parler  et  à lui dire  beaucoup de  choses secrètes. Odinn  institua  Njördr  et   Freyr prêtres sacrificateurs et ils furent  Diar  avec les  Ases. Il  y avait une fille  de  Njördr, Freyja. Elle fut prêtresse  sacrificatrice. Elle enseigna  la première  aux  Ases le Seidr, comme les  Vanes en  avaient   la coutume. Quand  Njördr  était  chez les Vanes  il avait   épousé sa sœur, car  telles  étaient  les  lois dans  ce  pays –là. Leurs enfants étaient   Freyr  et   Freyja . Mais  il était  interdit   aux  Ases de  se  marier  entre  parents si  proches.

(Texte identique   à celui de l’ EDDA)

Cinquième chapitre :  Gefion

la fontaine de gefion a CopenhagueL’essentiel  du propos  correspond  à la Gyfaginning ou  mystification  de  Gylfy de  l’Edda  tirée  de  La  Voluspa. Odin  parti  de   Turquie , combattant  notamment  les  armées  romaines s’établit au Danemark dans  le cadre de  ses  campagnes  vers  le nord  de  l’Europe  afin de  réaliser  la  prophétie de la voyante qui  destine  son  peuple  aux régions septentrionales. Ayant appris que des terres fertiles  existaient   en  Suède il  demande à   Gefion , une  Ase,  de se rendre  auprès du roi  Gylfi et de gagner  une partie de son  territoire qui agrandira  son royaume . .La ruse  et  la  magie  permettent  à Gefion d’accomplir sa  mission :   Avec  les quatre  fils qu’elle a  enfantés avec  un  géant, puis transformés en  bœufs,  elle  arrache  le  territoire qui  forme  l’ile de   Seelande  désormais remplacé  en  Suède  par  le lac  Mälar.

Gefion toute joyeuse
A Gylfi arracha le joyau des domaines ancestraux
L'accroissement du Danemark,
Si bien que fumèrent les bêtes de trait.
Huit astres du front, ils présentaient,
Les bœufs, et quatre têtes,
Quand ils marchèrent devant le vaste butin
De l'île aux prairies

Extrait de la  Völupsa

La  gylfaginning

[...]Odin  s’installe  près du  lac  Mälar et donne  à cette région le nom de  Sigtuna. Il  attribua des demeures  aux  prêtres qui desservaient  les temples : Niord  à  Noatun, Freyr  à Upsal, Heimfall à Himingbjord Thor  à   Thrundvang, Baldr à Breidablik ; à tous  il procura de  riches  domaines.

 

Quelques chapitres suivants sont encore consacrés  à  Odin et à ses descendants  "divins" directs, qui  établissent  les principaux fondements  de   la  société scandinave.

Sixième  chapitre :  les talents  d’Odin :

arts, Eloquence , poésie, capacité  de changer  d’apparence , science de l’envoûtement  .  Accompagné sur   le champ de bataille  par ses   « guerriers fauves »  Bersekr, pluriel Bersekir

"   [... ] A la bataille, Odin avait  le  pouvoir  de rendre  ses ennemis aveugles ou sourds ou pris de frayeur, tandis que  leurs  armes  ne coupaient  plus que  des  bâtons. Ses  hommes  à lui, en revanche, allaient sans  broigne, et  ils  étaient  furieux  comme des chiens  ou des  loups;  ils  mordaient  leurs boucliers et  ils  étaient forts  comme des  ours  ou des taureaux;  ils tuaient autrui, mais  ni le feu  ni le fer ne leur  faisait de  mal. On  appelait cela  "la fureur des  guerriers fauves".

Septième chapitre :  La  magie d’Odin,

 le  Seid, ,métamorphoses  , et dialogue avec  les  morts

Huitième chapitre : la  législation  d’  Odin

Les  lois des  Ases ,  les  sacrifices , la  Valhalle, l’impôt 

Suède  =  Manheim  littéralement  pays  des  hommes

Grand Suède  = Godheim , pays des  dieux

Neuvième chapitre : la  mort  d’  Odin

Incinération  , crémation  vénération

Succession  par  Niord

 Puis  mort de  Niord

Dixième  chapitre  succession assurée  par  Freyr

Nommé  Seigneur du  pays,Il élève  un temple  à   Upsal , 

Prospérité  du pays  ,   "La  paix  de Frodi". Dans  une  note  F.X. Dillmann  précise: "Snorri  précise que   Frodi régna  à  l' époque où "l'Empereur  Auguste instaura  la  paix à travers  le monde  entier."et que  la  Pax Augusta  fut appelée  en   langue danoise La  paix de  Frodi , car Frodi  était alors le roi le  plus  puissant de tous  les  pays du  Nord

Gerd  est son  épouse  . leur fils  est  Fiolnir

Mort de  Freyr  .  il est  inhumé sous  un tertre.

Freyia  à son tour ,assurait  les  sacrifices. 

Onzième chapitre :  mort de  Fiolnir

Amitié  de  Fiolnir et  de   Frodi la Paix , roi de  Lehre  (Danemark)

 Mort  accidentelle de   Fiolnir  chez son ami  .

 

Du  douzième   au quarante-neuvième chapitre de la reconstruction  pseudo-historique de  Snorri ,  les  royautés .se succèdent dans une alternance  de   périodes de   prospérité  , de  famines ou de  disettes,  la lignée  suédoise  cédant  parfois  la  place   à  de rares dominations   étrangères  (danoises ) sur cette partie de  la Scandinavie , où les conflits  sont  presque  permanents (guerres  avec  invasions  , « infestations » réciproques entre  Finnois,  Danois,  Norvégiens  , Estoniens, russes . Chaque chapitre consacré  à un roi est l’occasion d’illustrer  dans des aventures  souvent  extraordinaires  ou  tragiques  les coutumes  des anciens  suédois  et  plus généralement   scandinaves (mode de succession ,famines, expéditions , esclavage sacrifices  humains, sorcellerie, ) et le talent  de  Snorri  souligné  par  F., X. Dillmann , comme avant  lui ,  G. Dumézil  ou  R. Boyer  est  de  réussir  à nous  tenir  en  haleine  tout  au  long  de  cette  longue  généalogie qui  se  poursuivra  par la  lignée  norvégienne  à partir  de  l’histoire de Harald à la Belle Chevelure  ,  vers  860 jusque  vers  l’an 1000.      

Lu 441 fois Dernière modification le mardi, 31 août 2021 23:22

Derniers articles MJ